Avis d’exposants étrangers Une bouffée d’air frais

La 53e édition de la Foire internationale d’Alger, marquée par le retour des participations étrangères, avec à sa tête et en invité d’honneur les Etats-Unis, s’est achevée, vendredi , à la Safex d’Alger. En marge de cette manifestation, plusieurs accords et contrats ont été signés, lesquels confirment le rôle de leader de l’Algérie dans le continent africain.

Un avis que partagent la plupart des acteurs économiques participant à l’évènement. «L’Algérie, porte de l’Afrique, réaffirme la place qu’elle occupe à travers cette plateforme d’échange internationale. Les entreprises ont pu, après deux ans d’absence, reprendre contact pour relancer les relations bilatérales ou ratifier de nouveaux accords pour élargir les champs d’expertise», nous indique Dalil Saïd, responsable du Centre algérien pour l’investissement et le commerce extérieur. Selon lui, cette foire a permis d’élargir les opportunités de partenariat avec des entreprises étrangères et des investisseurs. Cette manifestation, poursuit-il, a permis aux étrangers de connaître davantage notre marché et les opportunités d’investissement en Algérie. «Cette manifestation a ouvert la voie aux opérateurs économiques algériens et étrangers qui représentent les différents secteurs pour échanger leurs visions, idées et initiatives ainsi que pour créer des opportunités pour développer des relations d’affaires devant permettre d’accroître les partenariats entre l’Algérie et les autres pays du monde», estime Mohamed Senoussi, entrepreneur et chef d’entreprise, croisé au pavillon central. Pour Moetaz Marwane, représentant d’une entreprise jordanienne, il y a une confiance mutuelle entre les entreprises économiques jordaniennes et algériennes. «Nous souhaitons développer ces partenariats vers des horizons plus fructueux», souligne-t-il.

Alaa Chokeir, représentant de Gulf Technical
Industrial Establishment, fait remarquer que cette foire est une bouffée d’air frais pour les opérateurs économiques qui reprennent peu à peu leur activité, en raison de deux ans de marasme dû à la pandémie. «Le rôle d’acteur économique influent de l’Algérie dans le Maghreb, la région Mena mais également en Afrique, nous oblige à chercher des opportunités de partenariat pour développer nos produits et intégrer de nouveaux marchés. Notre participation à ce salon nous a permis de tâter le terrain des affaires et c’est très prometteur», s’est-t-il réjoui. Placée sous le thème «Pour un partenariat stratégique», l’édition 2022 de la FIA s’est voulu être avant tout une vitrine du climat des affaires en Algérie. Inauguré lundi dernier par le président de la République, la Foire internationale d’Alger a vu la participation de 698 opérateurs économiques nationaux et étranger, dont 187 exposants représentant 20 pays.
 Walid Souahi