16e édition des éboueurs de la mer : Des enfants pour nettoyer …l’incivisme des adultes

La seizième édition des éboueurs de la mer s’est déroulée, ce samedi, à travers 14 wilayas côtières du pays, afin de nettoyer, sensibiliser et recycler les déchets récupérés.

Organisée par l’association RECIFS (Recherches, informations, formations subaquatiques) en partenariat avec la Radio algérienne, cette action éco-citoyenne a vu la participation de centaines de bénévoles à Alger. Le coup de sifflet de départ a été donné à 9 h30 au port de Tamenfoust, cœur névralgique de l’événement. C’est avec un enthousiasme communicatif que grands et petits, crème solaire et lunettes de soleil sur le nez, ont enfilé gants et casquette pour nettoyer le port de plaisance de la commune d’El Marsa.
La bonne humeur et les rires des enfants, dont la présence a été remarquable, ont fait écho au bruit des vagues s’écrasant sur les bateaux du port. Motivés à «nettoyer notre mer», c’est sous l’œil attentif et la voix reconnaissable entre mille de l’animateur Mehdi de la chaine III que les «petits éboueurs de la mer» s’en sont donnés à cœur joie pour nettoyer et préserver l’environnement.
Evénement phare de la journée, l’immersion des hommes-grenouilles pour récupérer les objets dont recèlent les fonds marins. C’est en fanfare qu’ils ont été accueillis, apportant dans leurs bras pneus, chaussures orphelines, morceaux de bois ou de ferraille… Mais l’objet qui retint toute l’attention de l’assemblée a été sans nul doute un champignon géant en bois. La conclusion des participants a été elle sans appel : «Il est hors de question que notre Méditerranée devienne une décharge à ciel ouvert !». Certains ont d’ailleurs pris l’initiative de prendre avec eux les objets découverts afin de leur donner une seconde vie grâce à leur inventivité et leur habileté. Plusieurs ateliers, caravanes de sensibilisation et stands ont offert aux participants informations et précieux savoirs sur la préservation de l’environnement, le processus de recyclage des eaux et la valorisation du plastique.
Créer des emplois
Le P-DG de la Société nationale de gestion des ports de pêche et de plaisance, Abboud Mohamed, souhaite, à travers cette action, «sensibiliser au maximum sur la préservation de l’environnement mais aussi ouvrir de nouveaux postes d’emploi dans le domaine du recyclage et aider les toutes petites entreprises à s’en sortir. Notamment, précise-t-il, les personnes dans le besoin et à mobilité réduite. » Pour cela, il désire développer «un nouveau concept qui s’inscrit dans le cadre de l’économie circulaire». Il s’agit de récupérer les déchets afin de les exploiter et les recycler.
Le président de l’association RECIFS, Hamid Belkessam, ajoute, à ce propos, que les deux événements marquants de cette édition sont «la valorisation du plastique et le traitement des eaux usées».
S’agissant du recyclage des eaux usées, c’est la société des eaux et de l’assainissement d’Alger (Seaal) qui se charge d’expliquer aux enfants la nécessité de préserver cette ressource et de leur montrer le cycle de production de l’eau. Meriem Ouyahia, directrice de la communication et du développement durable à la Seaal, explique à ce propos que la campagne de sensibilisation «se déroule tout le long de l’année à travers des activités pédagogiques et des sorties au niveau des stations d’épuration». Ce travail permet, poursuit-elle, «d’avoir des plages propres et propres à la baignade». Et justement, la préservation du littoral est assurée à travers le commissariat national du littoral, dont le chef d’antenne d’Alger, Hocine Oussaïd, rappelle que la mission est de «sensibiliser à la préservation des écosystèmes et de la biodiversité à travers les 14 wilayas côtières».
Sarra Chaoui