22e édition du Festival européen : Musiqu’elles assure !

 

La 22e édition du Festival européen mettra sous le feu des projecteurs, cette année, la femme. C’est ce qu’a annoncé, hier, Thomas Eckert, l’ambassadeur de l’Union européenne lors d’une conférence de presse organisée au Théâtre national Mahieddine-Bachtarzi, à Alger.

Intitulée «Musiqu’elles», cette édition 100% féminine mettra à l’honneur des artistes représentant 15 pays européens et débutera, dès demain soir, au TNA avec le concert d’ouverture de Samira Brahmia. Elle présentera en exclusivité son prochain album «Awa».
C’est en tout 8 soirées, jusqu’au 1er juillet prochain, qui promettent de faire voyager le public à travers l’Europe, tant contemporaine que plus ancienne mais aussi autour du monde et ce en proposant une large palette de genres musicaux. Classique, rap, musique du monde, jazz, pop et opéra sont tant de sonorités qui résonneront à Alger, Oran et Constantine puisque le festival se déroulera dans trois villes. A Oran, c’est la salle Maghreb qui abritera les festivités, quand le public constantinois profitera des réjouissances au niveau du théâtre régional de Constantine.C’est un riche programme de découvertes musicales, mais aussi d’échanges interculturels qui est proposé au public puisque certains pays, à l’instar de la Pologne, ont opté pour une fusion musicale inédite. Marta Sek-Spirydowicz, attachée chargée des affaires culturelles à l’ambassade de Pologne, dévoile à ce propos que ce sera une rencontre entre l’artiste algérien Faycal Bellatar, une soprano et une pianiste polonaises que sont Anna Budzynska et Laura Kluwak-Sobolewska. Les trois revisiteront le répertoire de la musique de chambre, à savoir l’opéra européen, et son évolution à travers le temps. Elle invite, à cet effet, les Algériens à venir découvrir «en 50 minutes 40 ans d’opéra européen» le 28 juin à Alger et le 30 à Constantine.
Echanges culturels
Parlant d’échanges culturels, l’artiste italienne Karima en a été bercée dès sa plus tendre enfance. Ayant un père algérien et une mère italienne, celle que la directrice de l’Institut culturel italien d’Algérie, Antonia Grande, décrit comme «une enfant prodige chantant avec beaucoup d’émotion» interprétera les titres de son nouvel album «No filter» sur scène. Accompagnée de musiciens de haut niveau, elle se produira le 26 juin à Alger et le 28 à Constantine.
Du côté français, Patrick Girard, attaché culturel à l’ambassade de France, annonce que le choix de l’artiste s’est porté cette année sur Yousra Boudah, une artiste algérienne ayant représenté l’Algérie à l’étranger à de multiples reprises. Un choix motivé, explique-t-il, par une volonté de «mise en lumière d’artistes algériens» et par son engagement pour la cause féminine. Elle interprétera, pour la première fois, plusieurs chansons du répertoire classique français en y apportant sa touche personnelle avec ses influences orientales.
Particularité de cette édition, une chanteuse irlandaise, dont le pays n’est pas représenté diplomatiquement en Algérie, se produira en clôture, le 1er juillet. Les billets sont en vente dès aujourd’hui, à partir de 10h, au guichet du TNA au prix de 500 DA.
Sarra Chaoui