Signature d’une convention entre le ministère de la Culture et Djamaâ El Djazaïr : Renforcer les liens avec les pays musulmans

Le ministère de la Culture et des Arts a signé, hier, une convention avec Djamaâ ElDjazaïr afin de mettre en place un cadre de coopération entre les deux institutions, notamment dans le domaine de la diplomatie religieuse et culturelle.

Les formalités de signature de la convention ont eu lieu lors de la clôture de la 3eédition du Forum de la pensée culturelle au centre culturel de Djamaâ El  Djazaïr. «Cette conférence s’inscrit dans le cadre de la 3eédition du Forum de la pensée culturelle islamique ayant pour slogan cette année ‘La morale et les valeurs civilisationnelles qui jouent un rôle important dans la cohésion sociale et la réconciliation entre les peuples’», a affirmé la ministre de la Culture et des Arts, Soraya Mouloudji. «La convention avec le rectorat de Djamaâ El Djazaïr vise à assurer l’accompagnement de cette institution religieuse et culturelle», a-t-elle ajouté.

La ministre a ensuite rappelé le contexte mondial actuel marqué par le mauvais usage des technologies biologiques et numériques, dont l’intelligence artificielle qui, selon elle, «requiert des règles qui tiennent compte des valeurs civilisationnelles et morales.

A propos de cette conférence qui se veut une clôture des assises intellectuelles du Forum, l’on a abordé les concepts de diplomatie religieuse et culturelle. «L’hospitalité et l’amour sont des valeurs humaines communes qui renforcent les liens entre les peuples», soutient Mme Mouloudji. Ces valeurs, poursuit-elle, constituent une clé pour régler les différends et les conflits et un bouclier pour faire face à la haine, à la violence et au terrorisme. «L’Algérie a souvent fait montre de son attachement immuable au soutien des opprimés parmi les peuples et à leur liberté», dit-elle, citant la cause palestinienne.

Dans la foulée, la ministre a mis en exergue les efforts du président de la République afin de contribuer au développement en Afrique et à la stabilité de ses pays. Et cela en accordant une importance à l’élément religieux, représenté par les différentes confréries soufies, telles que Kadiria, Tidjania, Senoussia et Rahmania. «Notre département ministériel ne lésine pas sur les efforts afin de préserver le patrimoine culturel et religieux national. Et nous sommes prêts à coopérer en la matière avec les autres secteurs concernés, tels que les affaires religieuses, l’enseignement supérieur et Djamaâ El Djazaïr», complète-t-elle.

A ce propos, le recteur de Djamaâ El Djazaïr, ministre d’Etat, Mohamed Maâmoun El Kacimi El Hoceini, souligne l’importance d’entretenir les liens spirituels, humains et moraux qui lient l’Algérie aux pays musulmans et ceux du Sahel. Ce qui nécessite, d’après lui, «un travail de coopération fructueuse entre ces peuples dans la perspective de défendre leurs intérêts». «Le projet de Djamaâ El Djazaïr s’inscrit dans ce sillage et tend à concrétiser la diplomatie religieuse, une des priorités du président Tebboune. Celle-ci sera mise en œuvre à travers l’activité de toutes les structures de cet édifice», conclut-il.

Aziza M.

 

Bouton retour en haut de la page