Relance du projet du barrage vert : Renforcer le développement durable

La relance du projet du barrage vert est « un choix stratégique » à même de renforcer le développement durable en Algérie pour les prochaines décennies », ont assuré, samedi, les participants aux travaux d’une rencontre intitulée « Pratiques innovantes en Agriculture, vers le développement durable en Algérie » organisée à l’Ecole nationale supérieure de statistiques et d’économie appliquée (ENSSEA) à Koléa (Tipasa).

Dans ce sillage, Dr Mohamed Saadaoui a mis en avant dans son intervention sur « la problématique du développement durable et l’équilibre des systèmes environnementaux en Algérie », la relance par les pouvoirs publics du projet du barrage vert, étant un choix stratégique et prospectif.

« C’est une judicieuse décision à même de renforcer les outils de développement durable au profit des générations à venir », a-t-il souligné dans sa communication présentée à l’occasion de la journée d’études organisée par le Forum algérien de l’investissement et de la sécurité alimentaire.     M. Saadaoui a braqué la lumière sur l’empressement mondial pour la production et l’industrie en vue de booster le PIB « au détriment de l’environnement » sous prétexte d’assurer la sécurité alimentaire des peuples.

Pour le conférencier, « seule la couverture végétale permettrait de réorganiser et de réguler les déséquilibres écologiques faisant face aux changements climatique et le réchauffement terrestre ». Selon M. Saadaoui, les pouvoirs publics sont appelés à relancer le projet des ceintures forestières le long de la bande frontalière algérienne en vue de lutter contre les changements climatiques transfrontaliers.

Pour sa part, Mme Houadjli Abir a appelé dans son intervention sur « les applications de l’intelligence artificielle pour une agriculture sans faille » au recours aux nouvelles technologies vertes en agriculture car revêtant une importance « cruciale » dans le renforcement du développement durable.   Mme Hadjlaoui a préconisé, dans ce sens, l’introduction de l’intelligence artificielle dans l’ingénierie agricole en consolidant la coopération entre les chercheurs et les agriculteurs afin de consacrer les pratiques agricoles durables.

Quant à la présidente du Forum, Dr. Nassima Laaraba, elle a recommandé  de sensibiliser les agriculteurs, les investisseurs et les industriels algériens à la préservation de l’environnement pour assurer la sécurité alimentaire tout en augmentant le taux de croissance agricole en Algérie.

La rencontre, selon Mme Laaraba se veut un espace d’interaction entre les différents intervenants dans ce domaine, relevant que l’Etat visait à développer l’agriculture dans les régions du Sahara, à encourager l’investissement et adopter les solutions intelligentes, ce qui dénote d’une « forte » volonté politique en la matière.

Bouton retour en haut de la page