Stations de dessalement : «Les travaux de raccordement doivent être achevés dans les délais», insiste Derbal

L’achèvement des travaux de raccordement des stations de dessalement aux réseaux de distribution de l’eau potable doit se faire en même temps que la mise en service de ces projets structurants.

«Les projets des deux stations de dessalement de l’eau de mer Fouka 2, à Tipasa, et Cap Djinet 2, à Boumerdès, font partie des grands projets structurants dans le domaine de l’hydraulique pour assurer notre sécurité hydrique et éviter des perturbations dans l’alimentation en eau potable. Notre principale objectif est de garantir cette précieuse ressource à nos concitoyens», a estimé le ministre de l’Hydraulique, Taha Derbal, en marge de sa visite d’inspection des deux projets de stations de dessalement Fouka 2 et Cap Djinet 2.

 A Cap Djinet, le ministre a indiqué que les deux chantiers avancent avec une cadence soutenue. «Nous avons instruit les entreprises réalisatrices et l’Algérienne des eaux de finaliser les projets des stations et en parallèle les travaux de raccordement aux conduites de l’eau potable pour éviter les retards», a-t-il encore ajouté.

Dans ce sillage, il a insisté sur l’acquisition des équipements pour les installer dès la fin des travaux des structures. «Les retards ne sont pas admis à cause des machines qui ne sont pas disponibles. Il est capital de les acheter et d’équiper les différentes stations dans les délais. D’ailleurs, ces projets seront mis en service à la fin de l’année en cours. Pour accélérer les travaux, il serait opportun d’appliquer le système 3×8, autrement dit 3 brigades sur 24 heures qui travaillent chacune 8 heures», a-t-il fait remarquer.

Au niveau local, Derbal a indiqué que des instructions ont été données aux directions de l’hydraulique des wilayas concernées pour achever les travaux secondaires et complémentaires et assurer l’approvisionnement des populations en eau potable.

Pour faire profiter les villes de l’intérieur de la production des stations de dessalement, une étude est en cours de finalisation pour connecter la station de Cap Djinet 2 au barrage Koudiat Asserdoun à Bouira. «Il ne reste que de petites révisions et rectifications de cette étude. Nous attendons seulement la remise de ce dossier par l’Algérienne des eaux et sa réalisation interviendra bien sûr dans les délais», a-t-il soutenu.

En outre, le ministre a mis l’accent sur la qualité des travaux et des équipements. «Il est préférable d’effectuer les essais à chaque fois qu’une partie des conduites est réalisée. Nous économisons du temps et intervenons si une défaillance est constatée. Ainsi, au moment des essais définitifs de la totalité du réseau, cela ne prendra pas beaucoup de temps», a-t-il expliqué.

La mise en service des conduites, des réservoirs et autres équipements exige une main-d’œuvre qualifiée et formée pour leur bon fonctionnement. «La formation est un élément-clé pour avoir des ingénieurs, des techniciens et autres travailleurs compétents. Toutes ces structures et équipements nécessitent de la maintenance et de l’entretien pour éviter les pannes. De ce fait, des sessions de formation doivent être tenues avant la  mise en service de ces projets», a-t-il relevé.

Il est à rappeler que les deux stations de dessalement de l’eau de mer Fouka 2 et Cap Djinet 2 ont une capacité de production de 300 000 m3 par jour chacune. Elles font partie des cinq projets initiés par le président de la République pour mettre un terme aux perturbations de l’alimentation en eau potable dues au manque de précipitations.

Karima Dehiles

Bouton retour en haut de la page