Mal de dos : 8 Algériens sur 10 en souffrent

 

 Cervicalgie, dorsalgie, ou encore lombalgie sont autant d’appellations qui convergent toutes vers ce qui est appelé communément «Le mal de dos», une maladie très répandue chez nous. 

D’ailleurs, 8 Algériens sur 10 en souffrent, même si leurs modes de vie diffèrent. Ce problème de santé courant a un impact négatif sur la qualité de vie, limitant très souvent les activités quotidiennes des personnes, ainsi que les capacités de travail. «La lombalgie ou lumbago (tour de rein) est un motif très fréquent de consultation au service des urgences traumatologiques du centre hospitalo-universitaire Mustapha-Bacha à Alger», nous indique le docteur Mohamed Ould Chakmakdji, chirurgien orthopédiste, tout en ajoutant que «le service enregistre 300 cas par mois, et en précisant que 30% d’entre eux nécessitent un arrêt de travail de 10 à15 jours. Leur tranche d’âge varie entre 30 et 55 ans et cette pathologie, dit-il, est parfois due à une hernie discale, arthrose du rachis, ou elle peut être causée par des maladies rhumatismales qui touchent la colonne vertébrale ainsi que la grossesse et l’ostéoporose.» Il argumente que ce qui favorise ce malaise dorsal est la sédentarité, les spasmes musculaires, le surpoids, l’obésité ou encore le port de charges lourdes.

De son côté, Souhil Tliba, chef de service neurologie au CHU Frantz-Fanon à Blida, fait savoir que les motifs de consultation les plus fréquents concernent l’hernie discale (lombaire et cervicale). Le médecin incite à la correction des mauvaises postures, et met en garde contre la sédentarité. «Car la position assise prolongée fragilise la musculature abdominale et para-vertébrale et obligera ainsi la colonne vertébrale à supporter le poids», précise t-il. Il déconseille aussi le surpoids, l’obésité, ainsi que le soulèvement de charges lourdes. Le praticien insiste sur la pratique d’une activité physique régulière. Le repos sur matelas orthopédique et le port de ceinture dorsale offrent aussi un soutien et réduisent les pressions sur le disque cartilagineux intervertébral. Mieux vaut aussi adopter la position couchée, car elle décharge la colonne vertébrale du poids accumulé sur le corps.

Nabiha Cheurfi

 

 

Bouton retour en haut de la page