Saihi : «Traiter les malades souffrant de troubles mentaux comme les autres patients»

Le ministère de la Santé a organisé, ce mardi à Alger, une journée d’étude sur « l’amélioration de la prise en charge de la santé mentale », en vue d’assurer les moyens pour une assistance optimale aux personnes souffrant de maladies mentales, à l’instar des autres maladies.

Dans une allocution prononcée à l’occasion de cette journée d’étude, le ministre de la Santé, Abdelhak Saihi a précisé que l’objectif de l’organisation de cette rencontre est d' »étudier la problématique de la prise en charge des maladies mentales au même titre que les autres maladies ». Soulignant l’importance de « promouvoir la santé mentale », M. Saihi a indiqué que les malades souffrant de troubles mentaux « doivent être traités au même titre que les autres patients, en leur garantissant les conditions de prise en charge optimale et en prenant toutes les mesures nécessaires pour améliorer les conditions de leur hospitalisation et traitement ».

Il a appelé au « renforcement du système juridique » pour la prise en charge des patients atteints de troubles mentaux, ainsi qu’à « la coopération et la coordination » entre les secteurs concernés, notamment la santé, la justice, l’éducation et la jeunesse, faisant état de « l’ouverture de trois nouveaux centres intermédiaires de soins en addictologie » (CISA) à Blida, Constantine et au sud du pays. Le ministre a mis en avant « l’importance de la valorisation des tâches du personnel paramédical dans la prise en charge des malades atteints de troubles mentaux », ainsi que « la relance de la formation dans ce domaine à partir du mois de septembre prochain ».

L’OMS salue l’expérience « riche et diversifiée » de l’Algérie

Pour sa part, le sous-directeur de la promotion de la santé mentale au ministère, Chekali Mohamed, a indiqué que cette journée d’étude vient pour « mettre en exergue les difficultés rencontrées dans la prise en charge des patients atteints de troubles mentaux », appelant à « la coordination entre les centres publics et privés pour une meilleure prise en charge de cette catégorie ».

De son côté, le représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en Algérie, Nouhou Amadou, a salué l’expérience « riche et diversifiée » de l’Algérie dans le domaine de la prise en charge des patients atteints de troubles mentaux, exprimant la disposition de son organisation à l’accompagner dans ce domaine.

Bouton retour en haut de la page