9e Festival de la création féminine: À la découverte de la variété des habits des Touaregs du Tassili

La variété des habits des Touaregs du Tassili est le sujet d’une conférence, portant sur « le costume et le bijou en Algérie, histoire et identité depuis la préhistoire », animée ce mardi, dans le cadre du 9e Festival National de la création féminine qui se déroule jusqu’au 17 mai courant, au Palais de la culture « Moufdi Zakaria » à Alger.

Pendant près de deux heures et devant une assistance intéressée, Dr Hassiba Sefrioune, maître de conférences à l’Institut d’archéologie, Alger 2, a évoqué  l’habit et les accessoires de l’homme et de la femme du Tassili N’azdjer, datant de 10.000 ans avant J.C. L’archéologue a illustré son intervention avec des photos de peintures rupestres prises par elle-même sur plusieurs sites du Plateau du Tassili . Elle a affirmé que ces peintures lui ont permis d’étudier le quotidien et l’habit de l’homme Touareg. Selon elle, la première période se caractérise par les « têtes rondes », ou les habitants accordaient plus d’importance aux accessoires de la tête, les tatouages ou les colorations corporels et ne portaient que des habits simples constitués d’une ceinture en cuir ou une palme.

Les habits Touaregs ont connu trois périodes phares

« L’armoire de l’homme du Tassili était très simple, il accordait plus d’importance à sa coiffure et au masque rond qu’il portait occasionnellement lors des festivités, d’où l’appellation des têtes rondes », explique l’universitaire. Ces derniers vivaient à partir de la chasse et la cueillette « le climat du Tassili était tropical, le même que celui de la savane africaine » poursuit- t-elle.  La deuxième période, se caractérise selon la chercheuse, par la domestication des bovins et l’élevage des animaux tout en poursuivant la chasse et la cueillette pour répondre à leurs besoins « chaque 500 ou 1000 ans le climat change avec des vagues de sécheresse » affirme-t-elle. La troisième période l’homme du Tassili s’intéressait à l’élevage du cheval et a créé la première charrette pour transporter ses affaires. Au fil de toutes ces périodes, Sefrioune a rappelé que les habits changeaient selon les activités et les besoins.

En menant des guerres ou en sortant vers des affrontements, les habitants du Tassili portaient des habits simples et légers composés de ceintures, des palmes ou une sorte de pantalons ou des jupes, simples ou ornés de décorations minutieuses lorsqu’il s’agit d’un chef de tribu, ou ayant un statut important. L’archéologue a précisé que la femme avait les mêmes fonctions que l’homme. Elle « faisait de la pêche, de la chasse et elle participait dans les guerres et les affrontements », chose « très rare dans les anciennes sociétés », ajoute t elle.  Ainsi, si la femme assurait les mêmes fonctions que l’homme, elle avait donc droit au pouvoir. De ce fait, la chercheuse se questionne sur le système matriarcal existant dans la région des Touaregs.

Souha Bahamid

Bouton retour en haut de la page