Architecture traditionnelle en pierre sèche : Un patrimoine à préserver

Le patrimoine architectural traditionnel bâti en pierre sèche doit être valorisé et préservé pour les générations futures, a plaidé hier le producteur, réalisateur et journaliste Mohamed Yahiaoui, au Musée national des Antiquités à Alger.

Lors d’une conférence organisée en marge de la projection de son film documentaire « Les Secrets de la Pierre Sèche », Mohamed Yahiaoui a mis l’accent sur l’importance de sauvegarder cette méthode ancestrale de construction, ainsi que les bâtiments et villages construits en pierre sèche dans de nombreuses régions d’Algérie, notamment en Kabylie, dans les Hauts-Plateaux et dans les Aurès.

El Ksor, un modèle architectural ancestral

Ce film, projeté dans le cadre du Mois du Patrimoine placé sous le thème « Le patrimoine culturel et la gestion des risques en période de crises et de catastrophes naturelles », plonge le spectateur dans l’univers fascinant de l’architecture traditionnelle en pierre sèche. Spécialiste reconnu du documentaire sur le patrimoine matériel et immatériel en Algérie et en Afrique, Yahiaoui a transporté l’assistance à travers les ruelles d’un ancien village, El Ksor, situé entre les wilayas de Bordj Bou Arreridj et M’sila, pour lui faire découvrir les remarquables réalisations architecturales réalisées en pierre sèche. « L’architecture en pierre sèche est bien plus qu’une simple méthode de construction, c’est un témoignage vivant du génie humain qui transcende les âges », a-t-il déclaré lors d’un débat qui a suivi la projection.

Ce film de douze minutes met en lumière les techniques ancestrales utilisées pour ériger des structures durables et harmonieuses sans recourir au ciment ou à d’autres matériaux modernes. Il souligne également l’ingéniosité des artisans qui ont su exploiter les ressources naturelles locales pour édifier des monuments qui défient le temps.

Les avantages de la pierre sèche

Selon Yahiaoui, la construction en pierre sèche repose essentiellement sur le savoir-faire des artisans. « Elle est souvent associée à des techniques transmises de génération en génération », a-t-il expliqué. « Au-delà de son aspect esthétique, la pierre sèche offre des avantages pratiques indéniables, notamment en termes de durabilité, de résistance aux intempéries, d’isolation thermique et de respect de l’écosystème local ».

Le cinéaste a conclu en soulignant que son documentaire invite à découvrir l’héritage précieux de cette forme d’architecture vernaculaire et à réfléchir à son importance dans le contexte contemporain, où la préservation du patrimoine et le respect de l’environnement sont plus que jamais d’actualité.

Bouton retour en haut de la page