Ghaza : MSF contrainte de quitter 12 structures de santé

L’organisation humanitaire Médecins sans frontières (MSF) a été contrainte de quitter 12 structures de santé différentes à Ghaza en raison des attaques sionistes, affirme un responsable de cette ONG.

« Nous avons dû quitter 12 structures de santé différentes et avons enduré 26 incidents violents, parmi lesquels des frappes aériennes endommageant des hôpitaux, des tirs de chars sur des abris, des offensives terrestres contre des centres médicaux et des tirs sur des convois », a expliqué, mardi, Michel-Olivier Lacharité, chef des opérations d’urgence de MSF. « Le système de santé de Ghaza est en train d’être démantelé, ce qui entraîne des conséquences dévastatrices pour les personnes piégées dans la bande », déplore cette MSF qui tente d’établir des hôpitaux de campagne ailleurs dans la bande de Ghaza, mais « ces quelques structures ne seront pas en mesure de faire face à un afflux massif de civils blessés, en plus des besoins médicaux écrasants. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer un système de santé fonctionnel ».

L’ONG rappelle que les forces sionistes continuent d’occuper le passage de Rafah, interdisant l’entrée ou la circulation des personnes et des fournitures et les bombardements aveugles continuent de tuer des gens chaque jour et de causer d’immenses souffrances. Dans ce contexte, elle souligne que l’occupation et le blocage des points de passage « doivent cesser, l’aide doit être autorisée à entrer à Ghaza et il doit y avoir un cessez-le-feu immédiat et durable pour éviter davantage de morts et de blessés et rétablir et intensifier le flux de l’aide humanitaire ».

Bouton retour en haut de la page