Hachichi, PDG de Sonatrach : La station de dessalement Cap Djanet 2 réceptionnée la fin de 2024

La station de dessalement Cap Djanet 2 dans la wilaya de Boumerdès, sera réceptionnée d’ici la fin de l’année en cours. Le taux d’avancement des travaux du chantier a atteint 62 %. Une fois opérationnelle la station aura une capacité de production est de 300 000 m3 par jour.

«Le taux d’avancement des chantiers dans les 5 projets de stations de dessalement de l’eau de mer, localisés à El Taref, Béjaia, Boumerdès, Tipasa et Oran,  est presque similaire. Toutefois, chaque site a ses spécificités et ses contraintes qu’il faut dépasser », a souligné hier le PDG du groupe Sonatrach, Rachid Hachichi, lors de sa visite d’inspection  au site qui abrite le projet, dans la commune de Cap Djanet.  Ici le problème réside dans la remontée des eaux qui entravent les travaux mais des pompes sont installées pour les évacuer. Ailleurs, les terrains des sites sont difficiles et nécessitent des aménagements en plus.  Ces projets, s’inscrivent dans le cadre du plan d’urgence initié par le  président de la République, visant à pallier au manque des précipitations et à assurer une alimentation en eau potable sans perturbations. « Il s’agit de sécuriser les besoins en la matière et de renforcer les ressources hydriques de notre pays », a souligné le PDG.

Le PDG de Sonatrach insiste sur les délais de livraison

Insistant sur le respect des délais de livraison, sur la qualité des ouvrages ainsi que sur le non-dépassement des coûts initiaux, Hachichi a estimé que la cadence des travaux est soutenue. « Il y a l’engineering, le génie civil, les équipements et enfin les essais. Nous en sommes à la fin des travaux de génie civil et l’installation des équipements représente 67% du projet. Comme dans les autres projets, la prochaine phase est le montage mécanique des machines et des autres équipements. Il y aura une accélération des différents ateliers pour livrer ces stations et les mettre en service dans les délais impartis », a-t-il encore ajouté.

Concernant la réalisation de ces projets, Hachichi a indiqué que les 5 chantiers sont menés par les différentes filiales de Sonatrach. « La construction de ces stations est à 100 % algérienne. Ce sont des ingénieurs, des techniciens et une main-d’œuvre qualifiée. Les équipements sont importés en attendant le développement de notre industrie à l’avenir», a-t-il précisé. Dans ce sillage, le PDG a salué les efforts des Douanes algériennes pour leurs efforts afin de finaliser les procédures de dédouanement des équipements. «Nous importons les machines dans de nombreux pays et il n’est pas aisé de les avoir toutes au même moment et dans un délai d’un an. Ce n’est pas une mince affaire», a-t-il relevé

L’exploitation de la station de dessalement de Cap Djanet 2 se fera sur des années

Dans un autre volet, le responsable a exigé la formation des personnels en charge de l’exploitation de ces stations. «La réalisation de ces projets notamment la station de Cap Djanet 2 sera achevée incessamment mais la phase d’exploitation se fera sur des années. De fait, il est impératif de préparer les ingénieurs et techniciens  pour une meilleure et efficace gestion de ces structures. Il serait préférable de les former sur ces installations avant leur achèvement pour qu’ils acquièrent des connaissances sur le terrain en plus de la formation théorique », a-t-il estimé.

Le PDG de Sonatrach s’est rendu dans les différents ateliers où il a discuté avec des ingénieurs, des techniciens et des ouvriers qui étaient à pied d’œuvre sur le chantier. « Je tiens à remercier tous les travailleurs qui se sont engagés à nos côtés pour réaliser ces projets vitaux pour notre pays. Sonatrach a été chargée par le Président pour construire ces stations et nous serons à la hauteur de cette mission », a-t-il conclu.

Karima Dehiles

Bouton retour en haut de la page