Instituts de technologie agricole : Création de 11 unités de recherche scientifique

Au total, 11 unités de recherche scientifique ont été créées au niveau des Instituts de technologie agricole à l’échelle nationale, relevant du ministère de l’Agriculture et du Développement rural, de 2020 à ce jour, a-t-on appris samedi du sous directeur de l’innovation et de l’entrepreneuriat agricole au ministère.

      Benaïssa Tarek a indiqué, dans une déclaration à l’APS en marge d’une journée technique sur « l’intégration technologique et l’intelligence artificielle dans l’élevage des vaches laitières », que « de 2020 à ce jour, 11 unités de recherche scientifique ont été créées au niveau des Instituts de technologie agricole à l’échelle nationale, relevant du ministère de l’Agriculture et du Développement rural ».

      Il a souligné que ces unités de recherche ont été créées dans le cadre d’une convention stratégique signée entre les ministères de l’Agriculture et du Développement rural et de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, afin de développer l’innovation dans toutes les spécialités liées au secteur agricole, à l’instar de l’utilisation des eaux dans l’agriculture et les cultures protégées ».

      Le même responsable a rappelé la création des unités de recherche scientifique à court terme au niveau des entreprises publiques économiques relevant de son département ministériel, à l’instar des offices nationaux professionnels des céréales et du lait.

      Dans son intervention au cours de cette rencontre, M. Benaïssa a expliqué que le ministère de l’Agriculture et du Développement rural « accorde une grande importance au rôle que jouent les différents établissements universitaires et laboratoires de recherche scientifique, ainsi que les instituts de technologie relevant de ce ministère, eu égard à leur rôle pivot, à l’exemple des établissements menant des expériences au niveau des champs et sur site, permettant ainsi d’assurer l’accompagnement technique de différentes activités d’investissement aux professionnels (agriculteurs et éleveurs) en s’appuyant, notamment, sur les mécanismes de vulgarisation et de conseils pratiques, ainsi que la formation agricole qui entre dans le cadre de la stratégie de son ministère ».

      « Les défis de la modernisation du secteur agricole nécessitent la signature de conventions de coopération et de partenariat avec les entreprises économiques publiques, notamment les laboratoires de recherche, pour tirer profit des expériences, ce qui contribuerait à trouver des solutions scientifiques aux problèmes qui impactent négativement la qualité et la quantité de la production agricole », a-t-il fait observer, ajoutant que les journées d’études et les rencontres constituent une occasion de plus pour une confrontation fructueuse et d’échanges d’expériences qui sont bénéfiques pour la société.

Bouton retour en haut de la page