Céréales et légumineuses : Productivité, le nouveau mot d’ordre

Filière stratégique de par sa place principale dans notre système alimentaire et dans la production agricole, la céréaliculture figure en tête des priorités du ministère de l’Agriculture et représente l’un des axes importants de sa politique de sécurité alimentaire et à faire baisser la facture des importations, de plus en plus lourde. Ainsi, l’objectif étant d’augmenter les superficies cultivées à 3 millions d’hectares. Pour y arriver, l’État a pris le taureau par les cornes à travers une batterie de mesures en faveur des agriculteurs touchés par la sècheresse, notamment le report du paiement des redevances dues dans le cadre de la concession agricole sur un échéancier de 36 mois, sans condition de paiement anticipé de 10 %, l’accompagnement financier des producteurs de céréales, en leur accordant un crédit de 20.000 DA par hectare, sans intérêts, remboursable sur une durée de trois ans, et le paiement des subventions de soutien aux multiplicateurs de semences et à tous ceux qui exercent dans le domaine des engrais. Il s’agit aussi de la suspension du remboursement des crédits agricoles Rfig pour une durée de trois ans. Le paiement du taux d’intérêt sera à la charge de l’État et l’indemnisation des producteurs de céréales et leur dotation en semences et engrais seront à titre gracieux. Et là, il faut souligner que sur 3,5 millions de quintaux de semences stockées, 3,16 millions de quintaux ont été distribués, dont 2,114 millions distribués gratuitement au profit de 114.776 agriculteurs touchés. Pour ce qui est des engrais, sur 1,870 million de quintaux d’engrais, 856.000 q ont été distribués et plus de 545.000 q à titre gracieux à 17.695 agriculteurs. Ces mesures ont commencé à porter leurs fruits. En effte, plus de 2,6 millions d’hectares de terres agricoles ont été labourés à ce jour, dont 2,217 millions d’hectares cultivés, soit 74 % de l’objectif tracé par le président Tebboune, à savoir la culture de 3 millions d’hectares de terres dédiées à la céréaliculture. Le ministère envisage aussi, pour cette campagne, de porter à 510.000 ha la superficie irriguée en céréales, dont une superficie de 207.786 ha en irrigation d’appoint. En mars prochain, des mesures et des procédures proactives seront prises dans la préparation de la prochaine campagne moisson-battage, en mettant en place un dispositif pratique de préparation optimale de ce processus en mobilisant tous les moyens matériels et humains, en plus de la prise de toutes les mesures organisationnelles et techniques pour assurer le bon déroulement de cette campagne dans des conditions appropriées. Le ministère veille à l’application de l’instruction présidentielle à l’effet d’accélérer la réalisation des silos de stockage de céréales aux fins d’atteindre la capacité de 9 millions de tonnes contre 3,4 millions de tonnes actuellement. Le programme comprenait la construction de 350 centres de stockage de proximité, la réhabilitation de 16 silos métalliques avec l’entreprise EPE/Batimetal, qui seront réceptionnés dans 18 mois, et la construction de 30 silos au niveau des ports et des pôles dédiés aux céréales. L’Algérie dispose de 8,5 millions d’hectares de surface agricole utile (SAU), 2,6 millions d’hectares sont dédiés aux céréales. Pour ce qui est du développement de la filière légumineuses, le département de Youcef Cherfa s’attellera à augmenter la surface cultivée à 150.000 ha, notamment en matière de lentilles et de pois chiches. Les prix d’achat auprès des agriculteurs ont été revus à la hausse, passant de 15.000 DA/quintal à 20.000 DA/quintal. Un système contractuel entre les producteurs des céréales et des légumineuses, l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC) et les coopératives locales sera mis en place en vue d’assurer la traçabilité des semences et de la production et le respect du processus technique, avec un suivi continu sur le terrain. Ces décisions ont fait des heureux parmi les producteurs. Le secrétaire national de l’Union nationale des paysans algériens (UNPA), Slimane Draïbine, a estimé que l’augmentation du prix d’achat aura pour effet d’encourager les agriculteurs afin de redoubler d’efforts. Il a indiqué que la décision du président de la République d’élargir les périmètres agricoles destinés aux légumes secs est «stratégique» et les agriculteurs y adhèrent entièrement et pleinement. «Il y a de la sécurité alimentaire du pays.» La décision vient pour répondre au souci de subvenir aux besoins nationaux et aussi faire baisser la lourde facture que les légumineuses font peser sur la balance commerciale, et tout sera mis en œuvre pour rendre la mesure plus concrète. «Nous allons commencer par la sensibilisation des producteurs, notamment ceux des Hauts-Plateaux et des wilayas pilotes», a-t-il noté. Il a rappelé que la culture des légumineuses a déjà fait ses preuves en enregistrant des rendements couvrant la demande nationale, particulièrement les lentilles et les pois chiches. Il a regretté que les importations aient cassé la belle dynamique de la filière et eu raison de la motivation des producteurs. Concernant l’achat par l’Office algérien interprofessionnel des céréales de la production des producteurs, «il mettra ces derniers dans de meilleures conditions pour se concentrer uniquement sur la production et ne pas se soucier de la commercialisation», a-t-il révélé.

A. H.

Bouton retour en haut de la page