Malika Chitour Daoudi: Entre histoire et fiction

Le Centre culturel universitaire(CUC) d’Alger a organisé, jeudi dernier, une rencontre avec Mme Malika Chitour Daoudi,qui a présenté ses deux premiers romans édité chez Casbah Editions. 

«La Kafrado, un nouveau départ» fut publié en 2021 et «la Kafrado, Sangs mêlés terre mosaïque», deux ans plus tard. Lors de ladite rencontre, Mme Chitour a indiqué qu’elle était «romancière, poétesse et opticienne de formation». Son premier ouvrage a reçu le premier prix littéraire de l’Université des Frères-Mentouride Constantine en 2021, comme elle fut lauréate du meilleur roman algérien d’expression française, fait-elle savoir. Pour la romancière, son deuxième roman est la continuité de«La Kafrado, un nouveau départ».

Evoquant ce dernier, elle indiquera qu’«il relate l’histoire de deux femmes, de deux continents différents, une Italienne, Francesca,et une Africaine, Dorado, qui ont fui la Sicile au printemps 1862. Elles rejoignent une terre d’asile que l’on surnomme la ville du Jujube, en Algérie, pour y bâtir un lendemain plus sûr. «En tournant le dos à un passé des plus douloureux, elles fondent tous leurs espoirs sur un domaine, la Kafrado».

Concernant son deuxième roman, il nous mène dans un domaine situé à Bône, dans l’Algérie colonisée de la fin du XXe siècle. La Kafrado est le lieu où Francesca et Dorato vivront de nouvelles aventures. Dans «LaKafrado, un nouveau départ», unissant leurs forces et leurs âmes, les deux héroïnes n’ont eu de cesse de développer les richesses de leur terre tout en prenant à cœur le bien­être de leur famille d’adoption. La haine, l’amitié, mais surtout l’amour et le courage sont le terreau de cette formidable terre mosaïque.

Evoquantses projets, la romancière dira : «J’ai fini mon troisième roman Mardjenque je vais bientôt soumettre à l’éditeur.»

«Jesuis en train d’écrire un quatrième», a-t-elle ajouté.

 Hamai Kenza

Bouton retour en haut de la page