Beyrouth condamne le projet sioniste de prendre d’assaut la ville de Rafah à Ghaza

Le ministère libanais des Affaires étrangères a condamné le projet sioniste de prendre d’assaut la ville de Rafah, dans le sud de la bande de Ghaza, théâtre d’agressions barbares depuis plus de quatre mois.

Dans un communiqué, le ministère libanais des Affaires étrangères a appelé le Conseil de sécurité de l’ONU à « assumer ses responsabilités, en adoptant une décision pour un cessez-le-feu immédiat et l’entrée de l’aide
humanitaire aux Palestiniens » dans l’enclave palestinienne.

Les autorités palestiniennes, de nombreux pays, des organisations internationales et régionales et des ONG, ont mis en garde contre les conséquences désastreuses de l’éventuelle expansion du génocide sioniste à Rafah.

Rafah, dernier refuge des déplacés dans l’enclave palestinienne assiégée, abrite plus de 1.400.000 Palestiniens, dont 1.300.000 personnes déplacées en provenance d’autres gouvernorats, selon les autorités palestiniennes.

Depuis le 7 octobre 2023, l’armée d’occupation mène une agression sans répit dans la bande de Ghaza qui a fait plus de 28.340 martyrs parmi les Palestiniens, en majorité des femmes et des enfants, et blessé plus de 67.984 autres, selon un dernier bilan donné par l’agence de presse Wafa citant des sources sanitaires palestiniennes.

Bouton retour en haut de la page