Expansion du port pétrolier de Skikda : Un projet crucial à fort impact économique

Le projet d’expansion du port pétrolier de Skikda est crucial sur le plan économique dès lors qu’il permettra, entre autres, d’accroître et de conforter les capacités de commercialisation du gaz naturel liquéfié (GNL).
Le chef de ce projet, Sami Kouachi, a indiqué qu’il s’agissait d’un projet, « éminemment important », dont le taux d’avancement est de l’ordre de 94 %, qui va permettre d’augmenter, dès sa réception, les capacités de  chargement et de déchargement des différentes matières pétrolières dans le port de Skikda.
Il a ajouté que le projet d’extension est lié à l’allongement de 500 m du brise-lames qui mesurait 1.800 mètres linéaires, à la réalisation d’une nouvelle jetée avec un poste de chargement de GNL, d’un nouveau quai général pour l’expédition du pétrole brut et des matières pétrolières produits par la raffinerie de Skikda, avec terminal associé pour chargement et déchargement des produits transportés par conteneurs, le tout sur une superficie de 15 hectares.
Le même responsable a également fait état de la réalisation d’un bras de déchargement de MTBE (méthyl tert-butyl éther, un additif de l’essence) sur l’un des postes d’amarrage, relié à la raffinerie de Skikda par une conduite de plus de 3,5 km, et du remplacement des anciens bras de chargement par de nouveaux équipements pour l’expédition de gaz de pétrole liquéfié (GPL) produit au complexe de liquéfaction de gaz à Skikda.
Selon le chef de projet, les travaux d’extension du port pétrolier, lancés en 2019, « se sont heurtés à un certain nombre d’obstacles qui ont entraîné des retards dans la réalisation, tels que la pandémie de Covid-19 qui a
provoqué la suspension de nombreux vols aériens et traversées maritimes entre l’Algérie et la République populaire de Chine, entraînant un retard de livraison des équipements, en plus de la situation géographique du port pétrolier situé au cœur du golfe de Ben M’hidi, connu dans le bassin méditerranéen pour ses hautes vagues qui ont souvent causé des dommages aux brise-lames en réalisation, réparées à plusieurs reprises ».
M. Kouachi a souligné que le projet d’expansion du port pétrolier, confié à une entreprise chinoise, a nécessité une enveloppe financière d’environ 53 milliards de dinars. Un projet qui « facilitera l’accostage de grands navires méthaniers dont la capacité peut atteindre 220.000 m3, et qui sera aussi doté d’un poste pour le chargement de produits pétroliers et de pétrole brut, qui permettra l’accostage de grands tankers d’une capacité de 50.000 à 250.000 tonnes et, donc, l’augmentation des exportations et l’accès à de nouveaux marchés à travers le monde, notamment en Asie orientale ».
Expansion du port pétrolier de Skikda, un acquis économique de premier plan pour l’Algérie
Professeure d’analyse économique et de prospective à la Faculté des sciences économiques, commerciales et de gestion de l’Université du 20 Août 1955 de Skikda, Khansa Khechmane, a indiqué, pour sa part, que la réception
du projet d’expansion du port pétrolier de Skikda représentera « un acquis économique de premier plan pour la groupe Sonatrach et l’Algérie », d’autant que ce port pétrolier est « classé seconde infrastructure de ce type ans le
pays ».
Mme Khechmane a souligné, dans le même ordre d’idées, que l’expansion de ce port, et l’augmentation de ses capacités en matière de transport maritime, « soutiendront la position de l’Algérie sur le marché mondial de l’énergie, en augmentant la compétitivité du pays à la faveur de la possibilité d’accostage de méthaniers de 220.000 m3 ».
Selon elle, ce projet « permettra à l’Algérie de s’imposer sur le marché international au vu des avantages du site, de la qualité du gaz algérien et de son prix compétitif grâce à des coûts d’expédition plus bas et à la réduction des coûts de transport et le gain de temps ».
Mme Khechmane a également indiqué que le projet d’expansion du port pétrolier de Skikda « permettra à l’Algérie de consolider sa production de gaz liquéfié et, partant, de mieux couvrir le marché européen », et permettra aussi aux autorités supérieures du pays de disposer d’une base essentielle à même de faciliter les opérations de transport maritime en direction de marchés étrangers lointains, ce qui nécessite des méthaniers
de grande taille.
Au plan intérieur, le projet est également un acquis à même de renforcer la croissance économique en augmentant les revenus du pays par la conquête de nouveaux marchés grâce à l’accroissement de la production de gaz, et en attirant davantage d’investissements étrangers.
Bouton retour en haut de la page