Double anniversaire du 24 février : Le président Tebboune appelle au maintien de l’unité des rangs

Le président de la République, Abdelmadjid  Tebboune a adressé, samedi, une allocution à l’occasion de la célébration  du double anniversaire de la création de l’Union générale des travailleurs  algériens (UGTA) et de la nationalisation des hydrocarbures, lue en son nom  par le Premier ministre,  Nadir Larbaoui, lors des festivités marquant ce  double anniversaire dans la wilaya de Timimoun.

« Au nom d’Allah, le Clément, le Miséricordieux,

Messieurs les ministres,

Monsieur le wali de Timimoun,

Monsieur le Président Directeur général du groupe Sonatrach,

Monsieur le Secrétaire général de l’UGTA,

Mesdames, Messieurs, Cadres de l’Etat,

Mesdames, Messieurs, Représentants des médias,

Honorable assistance,

 C’est avec une immense fierté que nous célébrons aujourd’hui, comme chaque  année, le double anniversaire de la création de l’Union générale des  travailleurs algériens (UGTA) et de la nationalisation des hydrocarbures,  un anniversaire qui porte une haute symbolique, dans l’histoire de notre  pays et le sens du sacrifice, de la résistance et de l’attachement du  peuple algérien à l’autodétermination et au recouvrement de sa souveraineté  sur ses richesses et leur exploitation pour dessiner les contours de son  avenir et réaliser ses aspirations légitimes au progrès et au  développement.  Nous nous enorgueillissons de célébrer ce double anniversaire, au moment  où l’Algérie connait une profonde mutation à tous les niveaux, et avance à  pas sûrs vers l’édification d’une économie forte et diversifiée après les  réformes globales ayant permis d’asseoir un nouveau système garantissant la  liberté d’initiative, favorisant l’investissement et consacrant les  principes de transparence et d’égalité entre les opérateurs économiques.

Chères concitoyennes, chers concitoyens, 

 La création de l’UGTA, le 24 février 1956, fut une étape cruciale dans  l’histoire de la lutte du peuple algérien et de son ralliement aux  objectifs de la Glorieuse guerre de libération pour le recouvrement de sa  liberté. Elle a, également, mis en lumière le génie exceptionnel, la  sagacité des pionniers de la génération de la glorieuse Guerre de  libération et leur capacité à mobiliser les masses pour le triomphe de la  cause nationale. Le militantisme et les sacrifices des travailleurs algériens demeureront à  travers les générations successives comme une source d’inspiration et un  exemple de la contribution de l’école syndicale à la formation du Mouvement  national et de son rôle décisif dans le processus d’édification et de promotion et de développement de la production nationale.

De ce fait, il nous est impératif de maintenir l’unité des rangs dans un  monde instable et en perpétuelle mutation, afin de faire face aux  tentatives hostiles ciblant le pays et poursuivre l’action pour préserver  le militantisme et le haut sens nationaliste des travailleurs et leur  réunir les meilleures conditions pour leur permettre de s’acquitter au  mieux de leurs devoirs professionnels et améliorer leurs conditions  sociales. C’est, là, un engagement auquel j’ai accordé un intérêt  particulier, notamment en continuant à mettre l’accent sur la consécration  du caractère social de l’Etat et l’engagement en faveur de la Justice  sociale.

Pour ce faire, il a été procédé à la révision à la hausse du niveau et du  volume des transferts sociaux et à une réforme du système fiscal en vue de  consacrer les principes d’équité et de justice à travers l’élargissement  des exonérations et des réductions fiscales au profit des personnes à  faible et moyen revenus, et l’augmentation progressive des salaires pour  maintenir le pouvoir d’achat de plus de 2.800.000 salariés et contractuels,  ainsi que la valorisation des allocations et pensions de retraite et  l’achèvement d’intégration de plus de 500.000 bénéficiaires des dispositifs  d’aide à l’insertion professionnelle et sociale dans des postes d’emploi  permanents.

Partant de notre conviction quant au rôle vital des partenaires sociaux,  notamment des organisations syndicales dans la promotion de la gouvernance,  nous avons accordé un intérêt particulier à l’instauration d’une culture de  dialogue, qui se veut le meilleur moyen d’assurer un traitement global et  rationnel de différentes préoccupations et aspirations et de réaliser  l’ambition collective d’atteindre les plus hauts niveaux de développement  et de prospérité, la participation des organisations syndicales au dialogue  social à tous les niveaux étant un acquis démocratique et une base  essentielle pour soutenir la croissance et la stabilité sociale. Afin de renforcer et accompagner cette dynamique en lui fournissant le  cadre idoine, une réforme profonde de la loi relative à l’exercice du droit  syndical a été engagée à la lumière des acquis obtenus au titre de la  Constitution de 2020, en ce qui concerne la promotion des libertés  fondamentales, ce qui a permis de renforcer les garanties de l’exercice du  droit syndical et mettre en place de nombreuses mesures et mécanismes  visant à garantir l’indépendance et l’impartialité des syndicats et à les  protéger contre les tiraillements politiciens et partisans.

A cette occasion, je tiens à rendre hommage aux travailleurs dans toutes  les fonctions et métiers, qui accomplissent leurs missions avec dévouement  dans tous les secteurs, et j’exhorte tous les travailleurs à poursuivre  l’adhésion collective au processus de réformes pour l’édification de  l’Algérie nouvelle et la contribution positive au parachèvement des  chantiers lancés dans le cadre de la démarche visant à diversifier  l’économie nationale, renforcer les efforts de développement, réaliser le  bien-être social du citoyen et renforcer les acquis réalisés.

Chères concitoyennes, Chers concitoyens, 

 Remémorons-nous, avec fierté et honneur, ces moments décisifs de  recouvrement de la souveraineté sur nos richesses nationales, suite à  l’annonce, le 24 février 1971, de la décision historique portant  nationalisation des hydrocarbures.  A ce propos, je tiens à rendre un hommage particulier à ces hommes, à tous  les niveaux, parmi les ingénieurs les techniciens, qui se sont engagés,  malgré leur petit nombre, à relever le défi et à gagner le pari d’assurer  la continuité des opérations de production et de commercialisation des  hydrocarbures. En quelques années, ils ont réussi, avec brio et une grande  efficacité, à s’imposer sur la scène économique nationale et  internationale, en permettant à l’Algérie de devenir un pays leader dans le  domaine des hydrocarbures.

Dans le but de concrétiser notre engagement (engagement 21) à encourager  la production et l’exportation de l’énergie en intensifiant les efforts de  production d’énergies fossiles, plus de 140 puits d’exploration et de  développement ont été réalisés, permettant de réaliser plus de 25  découvertes.

C’est une heureuse coïncidence que de se retrouver, aujourd’hui, à  Timimoun, la capitale historique de Gourara, qui occupe une importante  place au titre de la stratégie globale, notamment en matière de  consolidation de l’amont pétrolier pour la production de gaz naturel, à  travers les trois importants projets gaziers qu’elle abrite dans le  sud-ouest du pays, à savoir le développement des champs de Hassi Ba Hamou,  de Hassi Tidjerane et de Tinerkouk, d’une capacité de production estimée à  14 millions de m3 par jour. L’Algérie poursuivra ses efforts pour augmenter ses capacités de  production d’hydrocarbures, à travers un plan d’investissement ambitieux  qui permettra d’augmenter la production primaire d’hydrocarbures en  Algérie, de l’ordre de 2% annuellement, durant la période allant de 2023 à  2027, pour atteindre environ 209 millions de tonnes équivalant pétrole  (TEP) à l’horizon 2027.   Nous poursuivrons, également, les investissements pour la découverte de  nouveaux champs et l’amélioration des champs existants, en sus de  l’intensification des efforts en vue d’accélérer la cadence de mise en  œuvre du programme de valorisation des hydrocarbures, qui vise à conférer  une nouvelle dynamique au domaine de la pétrochimie.

Parallèlement à cela, et dans la même optique visant à assurer  l’exploitation optimale des richesses nationales, nous avons lancé un méga  programme pour la valorisation et le développement des capacités minières  de notre pays, à travers les trois projets structurants de ce secteur, à  savoir l’exploitation de la mine de fer de Gara Djebilet, le projet intégré  du phosphate à Bled El Hadba et le projet zinc-plomb de Oued Amizour, qui,  en sus de leur contribution à la diversification de l’économie nationale,  constitueront une locomotive de développement dans les régions qui les  abritent, à travers la création de postes d’emploi et le développement de  l’infrastructure, à l’instar du réseau ferroviaire. Nous aspirons en toute confiance à la consolidation de la dynamique, que  connait le secteur, à travers la révision de la loi minière prévue  prochainement, pour l’adapter aux nouveautés que connait cette activité et  améliorer son attractivité pour les investisseurs, avec préservation des  intérêts nationaux.

 Mesdames, Messieurs,

 L’Algérie s’est engagée à relever les défis du développement durable, à  travers la mise en place d’une nouvelle stratégie énergétique, basée sur la  vision de développement de son économie à moyen et long terme, et  accompagnant le processus de réalisation d’une transition énergétique  réussie, à travers le lancement de nouveaux projets dans le domaine des  énergies renouvelables, et le positionnement en tant qu’acteur principal  dans la production d’électricité, à partir de l’énergie solaire et  l’intégration de l’hydrogène, en sus des efforts consentis pour le  renforcement de la préservation des systèmes environnementaux et naturels,  le soutien au reboisement, la protection de la biodiversité et la  préservation de ses ressources naturelles, pour un avenir durable.

Cette orientation met en évidence le potentiel du gaz, à même de  contribuer de manière positive à la transition énergétique, étant le  meilleur carburant, pour satisfaire à la demande accrue et réduire en même  temps la pollution atmosphérique et les émissions de gaz à effet de serre,  en sus de sa disponibilité et de son prix raisonnable, il est aussi le  carburant fossile le plus propre. Dans ce contexte, nous misons, en toute confiance, sur le 7e Sommet des  chefs d’Etat et de Gouvernement du Forum des pays exportateurs de gaz  (GECF), prévu à Alger du 29 février au 2 mars, pour approfondir le dialogue  sur la place du gaz dans le processus de transition énergétique et les  moyens de renforcer la coopération et le partenariat en faveur d’une  exploitation optimale de cette ressource.

Enfin, je tiens à rendre hommage aux travailleurs du secteur de l’Energie  et des mines, et je valorise hautement les efforts constants consentis par  les groupes Sonatrach et Sonelgaz dans l’accomplissement de leurs missions  vitales et la préservation d’une place privilégiée, à la lumière des  mutations énergétiques effrénées que connaît le monde.

Vive l’Algérie, Gloire à nos martyrs ».

Bouton retour en haut de la page