A Aïn Témouchent et Oran : Les gendarmes à pied d’œuvre

Une fin de semaine bien laborieuse que les gendarmes ont passée à Aïn Témouchent et Oran. C’est la destination choisie par les éléments des groupements territoriaux de la Gendarmerie nationale. Ils ont sillonné divers endroits ciblés de ces régions de l’Ouest du pays. Avec pour leur objectif de s’assurer de la pleine quiétude des estivants qui ont investi le littoral.

C’est que le rush revenu à la faveur de la réouverture des plages et lieux de détente a donné lieu à tout un programme élaboré par ce corps de sécurité en de nombreuses opérations essaimées à travers le pays, notamment cet été. Un week-end donc bien chargé pour ces hommes en vert qui ont eu à exécuter le plan spécial élaboré aux fins de sécuriser la saison estivale 2022, en lieux très fréquentés durant cette période comme les plages et les complexes touristiques.
Il est ainsi mis en branle tout un programme qui vise à garantir la quiétude des citoyens, à sécuriser les plages et à assurer la sécurité routière. Aussi, les éléments de la gendarmerie nationale ont-ils prouvé, encore une fois, leur engagement infaillible à préserver et à prendre en charge tout ce qui a trait à la sécurité des biens et des citoyens et, par la même, celle du pays.
Une fois sur place et après un parcours à partir d’Alger, de plus de cinq heures suite à une légère panne, arrivée enfin à Aïn Temouchent. La délégation de la presse nationale (presse écrite et chaînes électroniques),  conduite par le nouveau lieutenant colonel au commandement de la gendarmerie nationale, Abdelkader Beziou, a été reçue par le commandant du groupement territorial de la GN de Aïn Temouchent, le colonel Rabie Bouhouhou. Un très bel accueil ponctué par déjeuner, assorti de moult informations sur la situation sécuritaire dans la région en question. Il précise que le taux de criminalité est en baisse par rapport aux précédentes années et à d’autres wilayas avoisinantes. «La wilaya d’Aïn Temouchent est une ville paisible avec un taux faible de criminalité», affirme le colonel Bouhouhou. La première halte, un grand bâtiment peint en vert, avec baie vitrée. C’est en fait le centre opérationnel (CO) du groupement territorial de la gendarmerie nationale d’Aïn Temouchent. «C’est le cœur battant de la wilaya. Il se consacre à toutes les activités du groupement de la gendarmerie de cette wilaya. Il est fonctionnel 24h/24. Rivé ainsi sur tous les évènements qui interviennent dans la région», indique le commandant et chef du CO, Amine Remada, qui s’étale dans le détail sur les fonctionnalités de ce centre.
Sensibilisation sur la sécurité routière
S’ensuit un briefing annoncé par le chef de compagnie territorial d’El Amria, de Aïn Temouchent, le commandant Abderrahim Otmani Merabet,  de la brigade de la sécurité routière de Bouzedjar. Ses  éléments sont en pleine campagne de sensibilisation sur les accidents de la circulation, assurée à travers les différents points de contrôle. «La gendarmerie nationale veille, dans le cadre de ce plan, à la sécurité routière afin de protéger les usagers de la route durant cette période marquée par un trafic dense», explique un gendarme à  l’adresse d’un automobiliste.
L’opération de contrôle et de sensibilisation sur la sécurité routière est, dans l’ensemble, fort bien accueillie par les usagers de la route, qui sont réceptifs aux conseils et orientations des éléments de la gendarmerie nationale concernant le respect du code de la route. «Ce genre de sensibilisation est bénéfique pour les usagers de la route surtout qu’actuellement nous comptons plusieurs accidents de la circulation», témoigne un usager de la route accompagné de sa famille.
Les hommes en vert par groupes, ceux chargés de la circulation générale rappellent à tous les conducteurs d’engins motorisés,  que le  respect du code de la route et des règles de sécurité sont le meilleur moyen de réduire les dangers mortels sur la voie publique. Les gendarmes éclairent les conducteurs de moto sur les infractions, comme le port du casque car la plupart n’en portent pas. D’où leur interpellation. Et par la même, plusieurs vérifications des papiers dont le permis à conduire, la conformité des systèmes d’échappement des motos… sont mises à exécution.
Prélèvement et analyse de l’eau de mer
Direction  ensuite les plages de Bouzedjar 1et 2,  dans la commune d’AïnTemouchent. Les éléments de la gendarmerie nationale s’y déploient pour des prélèvements d’échantillons d’eau de la plage de Bouzedjar 1, à des fins d’analyse. Une intervention qui fait suite aux plaintes de citoyens sur la présence d’un déversement d’égout. «C’est  un soulagement de voir les éléments de la gendarmerie nationale impliqués même dans la préservation de l’environnement. C’est  rassurant», exprime un habitant. Il souligne qu’il a interdit cette plage à ses enfants. Désormais, ils se baignent à la plage Bouzedjar 2. «Elle est meilleure que la première. Cette plage est immense et propre. Elle est fréquentée par plusieurs familles de plusieurs wilayas», ajoute-t-il.  Le même constat  est observé à la plage Coralès, où les éléments de la GN sont aussi intervenus. Les habitants expriment leur colère devant le silence des autorités locales. Et malgré cette situation de pollution, les estivants continuent d’affluer à cette plage. «C’est étonnant»,  car, commente un épicier, il y a cinq ans, des prélèvements ont été effectués, sans réponse.
À la plage Bouzedjar 2, les éléments de la GN s’intéressent à l’exploitation illégale des plages. Les gendarmes inspectent dans cette ronde les parkings sauvages ainsi que deux plages relevant de leur territoire de compétence. L’opération se solde par la saisie de tables, parasols et chaises et l’arrestation de personnes en détention d’armes blanches. Puis  les gendarmes passent au contrôle des lieux de restauration dont des fast-foods anarchiques qui pullulent durant la saison estivale. Une rôtisserie est ciblée par cette visite inopinée. On y vend divers produits alimentaires dans une échoppe anarchique et insalubre. À l’Intérieur de cet espace, il fait sombre. Les équipements et les ustensiles de cuisine sont sales, les aliments sont cuits et exposés à l’air,  les épluchures jonchent le sol. Des images choquantes, mais cela ne semble pas dissuader le consommateur d’acheter. «Je viens de loin pour me baigner dans cette plage. Je n’ai d’autre choix que d’acheter ce qui est disponible», témoigne un consommateur qui a acheté un pain traditionnel et une boîte de fromage en portions. C’est pourquoi, lors de cette opération, les gendarmes insistent sur l’hygiène et le respect du protocole sanitaire. La fouille du magasin permet de saisir quelques quantités de viande et d’abats de poulets qui, après avoir été soumis au contrôle vétérinaire, se sont révélés avariés et impropres à la consommation.
Saisie, perquisition et arrestation à Oran
Au deuxième jour de cette sortie, une visite est effectuée au groupement territorial de la GN d’Oran. À Ain El Turck, deux perquisitions à domicile à Cap Falcon. Une opération sur l’exploitation illégale des plages, celle de Coralés. L’assaut est donné dans les fiefs de criminalité à Coralès, à Aïn El Turck.
Puis direction le 9e groupement d’intervention de la gendarmerie nationale à Oran (GIR), pour un briefing. Plusieurs brigades, dont celle des mineurs, sont appelées à effectuer des opérations diverses. Auxquelles s’associent la brigade de protection de l’environnement, de sécurité et d’investigation ( BSI) ainsi que la compagnie territoriale d’Aïn El Turck, le groupe cynophile et l’escadron de la sécurité routière.
4heures seulement pour retrouver un véhicule volé
Dans le cadre de leur mission de défense et de sécurisation du territoire national contre toute forme de menaces, les unités du groupement territorial de la gendarmerie nationale d’Oran réussissent à retrouver un véhicule volé en un temps record, après seulement quatre heures d’investigation, confie la Capitaine Imene Loucif, chargée de communication au groupement territorial de la GN d’Oran.
Khadidja, qui s’est fait voler sa voiture, raconte sa mésaventure. «Je suis en vacances avec mes enfants à la plage Bomo. À mon réveil, je n’ai pas trouvé mon véhicule de marque Renault Clio 4.  J’ai ensuite appelé les gendarmes qui ont réussi en un laps de temps très court à  récupérer ma voiture. Je suis très reconnaissante envers les services de sécurité de notre pays qui veillent à notre sécurité.» Poursuivant leur opération, les unités de la gendarmerie nationale (GN) ont saisi 1.040 comprimés Briana Palin (300 mg), 1.550 comprimés Rivotril hallucinogène (30 comprimés),  Ecstasy hallucinogène (402 g), et 5,3 grammes de cocaïne. Comme elle ont récupéré un pactole de 23 millions de centimes, fruit de la  commercialisation de la drogue, saisi quatre armes blanches de catégorie 6, 13 bombes lacrymogènes, 200 unités de boissons alcoolisées tous types et tailles, des moteurs de bateau et 9 motos sans papiers.
De notre envoyée spéciale : Samira Sidhoum