Abdelkader Soufi,  politologue : Un plus pour la société

La mise en place du Conseil supérieur de la jeunesse (CSJ) a été saluée par les observateurs de la scène politique nationale. Abdelkader Soufi, politologue, rappelle, à ce propos, que «la population active en Algérie est constituée majoritairement de jeunes» précisant qu’«il est tout à fait normal que l’on puisse donner une voix à cette jeunesse à travers ce conseil». De son avis, au travers de cette institution, «il sera question d’aider la jeunesse et de l’accompagner pour son épanouissement mais aussi pour le développement de l’Etat». Dans le même ordre d’idées, il fera observer que «la société a besoin de la jeunesse, de son énergie, de sa voix et de ses potentialités pour amener un plus pour le pays et pour les institutions de l’Etat».
 F.-Z. H.