Accidents domestiques; L’ennemi intérieur

Les accidents domestiques sont responsables, chaque année, de près de 4.000 morts en Algérie. Un chiffre qui dépasse de deux fois ou trois fois celui des accidents de la route. Enfants et personnes âgées sont les plus touchés. Dans une thèse de doctorat, le Dr Barigou Baya Naouel rapporte que «chaque année, plus de 500.000 enfants sont victimes d’accidents domestiques.
La tranche d’âge la plus touchée se situe entre 0-5 ans, étant donné que ces accidents se produisent à l’intérieur de la maison», précise-t-elle. Il s’agit souvent d’incendies déclenchés par des jeux d’allumettes ou de briquets et de cas d’ingestion de corps étrangers, de brûlures ou d’intoxication. En 2017, la Protection civile avait fait état de 592.247 interventions où 3.996 décès et 580.170 blessés furent recensés. C’est la première cause de morbidité et de mortalité chez les jeunes enfants, selon l’Organisation mondiale de santé (OMS).
Les accidents de la vie courante sont une sorte d’ennemi intérieur. Durant le mois de Ramadhan, les accidents les plus courants sont les chutes, les brûlures, les étouffements, les intoxications, les coupures et les plaies. «La cuisine est le lieux de tous les dangers», affirme Aïcha, mère d’un enfant hospitalisé suite à des brûlures de deuxième degré. «Au moment de prendre une casserole de lait de la gazinière, mon enfant de deux ans me tient pas la jambe et me déséquilibre», raconte-t-elle. Le petit a reçu la totalité du lait sur la tête, le visage et le torse.
«Outre la cuisine, la salle de bains reste l’un des endroits les plus accidentogènes», souligne une pédiatre. Les personnes âgées paient également un lourd tribut aux accidents domestiques. Les deux tiers des décès concernent, indique-t-on, des personnes de plus de 75 ans, pour la plupart victimes de chutes.
 Samira Azzegag