Adoption du projet de la loi relative à l’investissement : Le tournant

Le code des investissements, qui a été présenté et débattu, ce lundi, à l’APN revêt une grande importance. Le texte est très attendu notamment parles opérateurs économiques dans un contexte où l’un des soucis des autorités du pays est de diversifier les ressources et relancer l’emploi. Il a été notamment au cœur de l’audience qu’avait accordée le président de la République aux représentants d’organisations patronales. Notre journaliste était sur place et nous parle de son contenu et fait parler le ministre de l’Industrie et des députés. Les investissements, notamment les IDE, comme l’explique un de nos collaborateurs, ont besoin d’un cadre réglementaire. L’Andi étant une pièce essentielle du dispositif, une de ses responsables nous parle des missions qu’elle aura à assumer dans un proche avenir.

La relance de l’investissement est une affaire d’importance majeure. Le gouvernement a pris de nombreuses mesures pour réformer le climat des affaires. Des actions ont été, également, mises en œuvre pour la prospérité de l’entreprise nationale et attirer les investisseurs étrangers.
D’aucuns estiment que la mise en place d’une économie forte, durable et pérenne passe par la préservation des «fleurons nationaux» et par l’«attraction de capitaux étrangers». Et ce pour porter haut les ambitions de la nouvelle politique économique du gouvernement qui vise à la développer  l’économie, à la diversifier et à la libérer de toutes contraintes administratives et de la dépendance aux hydrocarbures.
Pour cela, il faudrait éliminé les obstacles qui l’entravent. Il s’agit, notamment, de la bureaucratie, la corruption, l’absence d’une vision, l’instabilité juridique et financière… A cet égard, le Conseil des ministres a adopté, dernièrement, le projet de la nouvelle loi relative à l’investissement. Ledit projet prévoit une série de mesures visant à concrétiser les engagements du président de la République relatifs à l’amélioration du climat d’investissement et à garantir les « conditions appropriées pour libérer l’esprit d’initiative et diversifier l’économie nationale, dans le cadre d’une vision globale et stable, prenant en compte les principes de la liberté d’investissement, de transparence et d’égalité, conformément aux dispositions de la Constitution de 2020».Le texte renforce le système juridique pour protéger les investisseurs des abus bureaucratiques.  Il simplifie les procédures et réduit les délais de traitement des dossiers.
Le projet de loi contient une batterie de mesures destinées à relancer les investissements étrangers derniers, dont la création d’un guichet unique pour une prise en charge rapide et efficace des  projets. Cette mesure vise à faire de ce guichet «un pôle pour la promotion de l’Algérie en tant qu’importante destination d’investissement au niveau mondial et aura un rôle prospectif pour définir les domaines à fort potentiel en matière d’investissement», a précisé récemment le ministre de l’Industrie. La nouvelle loi garantit aussi la stabilité du système juridique et financier pendant au moins dix ans. Cette mesure a été fortement saluée par les opérateurs économiques pour qui l’instabilité est un frein pour investir dans la quiétude et d’une façon durable. Pour les investisseurs nationaux, la nouvelle loi constitue «un gage de confiance et un facteur clé pour garantir la réussite du processus de relance de notre économie».
Cela dit, l’Algérie offre de nombreux avantages aux investisseurs qui souhaitent faire des affaires dans le marché africain. Les perspectives sont prometteuses avec la zone africaine de libre-échange qui favorise les investissements dans le continent, mais aussi entre les pays africains. Les opportunités sont nombreuses et concernent plusieurs secteurs à l’image de l’agroalimentaire. «Le marché algérien est toujours vierge», dira un opérateur étranger rencontré en marge de la Foire internationale d’Alger. Mathieu Priat est co-gérant de l’entreprise Phenix Technologie, fabricant de systèmes de découpe (France). Il estime que la stabilité des lois est une condition sine qua non pour la captation et  l’efficacité  des investissements étrangers. Selon lui, le marché algérien est en pleine mutation. «L’Algérie constitue une porte d’entrée vers l’Afrique. Les opportunités sont nombreuses dans  plusieurs secteurs», a-t-il souligné. Il explique que la  stabilité économique permet d’avoir plus de  visibilité. «C’est une bonne chose que l’Algérie pense à la stabilité économique. C’est une caractéristique qui permet aux investisseurs de se projeter sur le long terme», affirme-t-il. Ainsi, le projet de la loi sur l’investissement a pour but d’établir de nouveaux dogmes à même de rompre avec le statu quo.
Amokrane Hamiche