Affaire Hakim Debazi : «L’Etat a accompli son devoir vis-à-vis du défunt», affirme Tabi

Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Abderrachid Tabi, s’est expliqué, ce mardi, sur le décès du prisonnier Hakim Debazi.

Rapport d’autopsie du professeur et du maître-assistant ayant confirmé «sa mort naturelle» au niveau de l’hôpital de Beni Messous à l’appui, le ministre a certifié que le défunt est décédé naturellement au niveau de cette structure sanitaire et les preuves illustrant cet état de fait existent. Il a regretté néanmoins que cette affaire soit instrumentalisée par des organisations étrangères et même par des partis politiques nationaux. «Le prisonnier a été transféré à l’hôpital précité le 17 avril, trois jours après il est décédé. Le médecin légiste a ordonné une autopsie, mesure judiciaire systématique après chaque décès. Le rapport y afférent a été remis aux autorités judiciaires le 25 avril. Le 28 du même mois, j’ai ordonné un déplacement chez sa famille pour lui remettre ce rapport et faire le devoir de deuil. Nous ignorions que cette affaire allait être exploitée politiquement. Il est vrai le concerné a milité dans un parti politique non agréé mais sa mort n’a rien de suspect», a précisé le ministre pour lever toute équivoque sur cette affaire.
K. A.