AG de l’ONU : Appel à considérer les besoins humanitaires avec empathie et solidarité

 Le président de l’Assemblée générale des Nations unies (Agnu), Csaba Korosi, a exhorté, mardi, la communauté internationale à considérer la crise humanitaire mondiale actuelle avec «empathie et solidarité» et à renforcer son soutien aux personnes dans le besoin.
Lors de la séance plénière de l’Agnu sur le renforcement de la coordination de l’aide humanitaire et des secours en cas de catastrophe des Nations unies, y compris l’assistance économique spéciale, Korosi a déclaré que «je vous appelle à considérer les besoins autour de vous avec empathie et solidarité».
Le président de l’Agnu a souligné que l’Aperçu humanitaire mondial 2023 montre qu’il y a 339 millions de personnes ayant besoin d’aide, ce qui est «beaucoup plus que les 235 millions de l’année dernière», ajoutant que 103 millions, soit bien plus de 1% de la population mondiale, ont été «déplacés de force».
«Tout au long de ces crises, la violence sexiste, le harcèlement sexuel et la discrimination, en particulier à l’égard des femmes et des filles, sont particulièrement alarmants», a déploré Korosi, notant qu’il s’agit «d’une image puissante. Et un rappel que derrière ces chiffres, il y a des familles, des enfants, des personnes âgées, des femmes».
«Alors que les ressources répondent à peine à l’ampleur des besoins, des millions de personnes au sein de notre famille des Nations unies de 8 milliards d’habitants n’auront pas les moyens de base pour survivre, même dans les prochains jours. En tant qu’Assemblée générale, nous pouvons – et devons simplement – faire mieux», a-t-il souligné. «Chaque Etat membre devrait être affligé par le retard ou le refus de l’accès humanitaire et par le meurtre, l’enlèvement ou la détention arbitraire de personnel humanitaire», a affirmé Korosi. Il a proposé l’un des «moyens les plus rapides et les plus efficaces» d’y parvenir, soit le Fonds central d’intervention pour les urgences humanitaires un élément agile et éprouvé du paysage international du financement humanitaire. «L’investissement dans le Fonds central d’intervention pour les urgences humanitaires est un investissement dans les ressources humaines. Son engagement fondamental à financer pour tous par tous incarne cet esprit», a poursuivi Korosi. «Les partenaires de développement, les institutions financières internationales, la société civile et le secteur privé ont tous un rôle à jouer pour réduire cette exposition», a-t-il noté.  L’Aperçu humanitaire mondial 2023 lancé le 1er décembre par l’ONU en collaboration avec des organisations non gouvernementales et d’autres partenaires humanitaires brosse un tableau sombre de l’avenir.