Aïssa Aziz Bouras, wali Ouled Djellal : «La région recèle beaucoup d’atouts dans différents domaines»

 Quelles sont les premières transformations opérées depuis qu’Ouled Djellal est promue au rang de wilaya ?
À vrai dire, notre premier souci après note installation à la tête de cette wilaya était de mettre en place les structures nécessaires à son bon fonctionnement. C’est ainsi que nous avons commencé les aménagements des locaux devant abriter les structures déconcentrées de la wilaya et leur dotation en moyens matériels, à savoir les équipements bureautiques et informatiques, ainsi que l’installation des différents responsables nouvellement nommés par leurs départements ministériels respectifs. Nous avons aussi procédé aux opérations de localisation des assiettes foncières devant accueillir les projets de réalisation des sièges administratifs, à commencer par le siège de la wilaya et les structures relevant des corps de sécurité ainsi que tous les services déconcentrés de l’Etat .
Avez-vous élaboré un concept d’attractivité de la wilaya ? Pouvez-vous le présenter en détail ?
La wilaya d’Ouled Djellal recèle beaucoup d’atouts dans différents domaines d’activités, ce qui la rend attractive tant sur le plan économique que touristique, notamment dans le domaine agro-alimentaire avec l’émergence de nouvelles entreprises autour de la filière de production et de conditionnement des dattes, sans oublier le potentiel qu’elle recèle sur le plan du tourisme saharien que nous comptons promouvoir dans le cadre de la valorisation du patrimoine matériel et immatériel de la région.
Quelle est votre approche pour réhabiliter la wilaya ?
Après la promotion d’Ouled Djellal en wilaya à part entière, nous nous sommes attelés à la mise à niveau de la wilaya à travers la proposition d’un certain nombre de projets structurants que nous comptons lancer prochainement, notamment dans les secteurs névralgiques, à savoir les travaux publics à travers la modernisation et la réhabilitation du réseau routier, des ressources en eau à travers le renforcement des capacités de stockage, l’amélioration de la dotation par habitant en eau potable et la réalisation des stations de traitement des eaux usées. Concernant le secteur de l’habitat, la wilaya a bénéficié d’un programme de logement dans tous les segments à savoir LPL, habitat rural, AADL et LPA et ce, pour prendre en charge la demande croissante de la population en la matière. Par ailleurs, et concernant le secteur de la santé et pour une meilleure prise en charge des citoyens sur le plan sanitaire, un programme a été arrêté avec le ministère de la Santé pour la réalisation de trois structures de santé à travers la wilaya à savoir, un hôpital 60 lits à Sidi Khaled, un  hôpital 100 lits et un complexe mère-enfant 80 lits à Ouled Djellal. Enfin, et dans un souci de l’amélioration des conditions de scolarité de nos enfants, une demande d’inscription a été formulée dans le cadre de la préparation de l’avant-projet de loi de finances de 2023 pour la prise en charge des projets nécessaires à leur bon fonctionnement tel que les groupes scolaires, les collèges, les lycées, les demi-pensions et les cantines.
La qualité des nouvelles cités semble aussi être une de vos préoccupations…
Oui, absolument, l’intérêt que nous portons au bien-être des citoyens nous pousse à explorer toutes les voies qui peuvent mener à une meilleure prise en charge, notamment au niveau des nouvelles cités pour lesquelles nous avons prévu un certain nombre de structures d’accompagnement  dans les domaines de la sécurité, de l’éducation, de la santé et des loisirs. C’est ainsi que notre wilaya a bénéficié dans le cadre de la prise en charge des cités intégrées de plusieurs infrastructures, à savoir  un lycée 1.000 places pédagogiques, une polyclinique et une sûreté urbaine au niveau du nouveau pôle urbain d’Ouled Djellal, quant au pôle urbain de Sidi Khaled, il a été retenu la réalisation d’un lycée 1.000 places pédagogiques et d’un groupe scolaire de type D1.
Ouled Djellal manque cruellement de moyens et infrastructures de loisirs. Quels sont vos projets en la matière ? 
Effectivement la wilaya souffre d’un manque cruel en matière d’infrastructures de loisirs. C’est pourquoi, et dans le cadre des actions d’accompagnement des investisseurs, notamment ceux dont les projets sont à l’arrêt, nous avons pris un certain nombre de mesures à même de faciliter l’investissement dans ce domaine, accompagner les investisseurs qui connaissent des difficultés à faire aboutir leurs projets et leur permettre la concrétisation de leurs investissements dans les meilleures conditions, à l’instar du projet du parc d’attraction Gotai Land d’Ouled Djellal. Dans le même sillage, un programme de réhabilitation des infrastructures sportives et de jeunesse (piscines semi-olympique, bassins de natation) est en cours de lancement afin d’augmenter les capacités de la wilaya en matière de structures destinées à la jeunesse.
La relance attendue pour le développement de la wilaya nécessite également de puiser dans le capital humain…
Tout effort de développement repose inévitablement sur la mobilisation des moyens, notamment humains, et dans ce sens, nous œuvrons à capitaliser ce potentiel en axant nos efforts sur la formation des effectifs
De nos envoyés spéciaux : Samira Sidhoum et Foued Soufli 
 
 
Visite de l’unique formulateur privé : Un produit de qualité made in Algérie
Implantée dans la zone industrielle d’Ouled Djellal, la Sarl Dekachim est le seul formulateur privé en Algérie de produits phytosanitaires à usage agricole et hygiène publique, explique Lamine Chelali, directeur de l’usine.
Mise en service en 2016, cette entreprise emploie 18 travailleurs à temps plein, cinq saisonniers, deux ingénieurs, un ingénieur électrotechnicien et un ingénieur en chimie. Chelali informe qu’un partenariat a été signé en 2021 avec le centre de formation professionnelle d’Ouled Djellal. L’entreprise est composée d’une unité de formulation poudre et conditionnement et une unité de formulation liquide et conditionnement.
Dans l’unité de formulation poudre, un broyeur à air comprimé (jet mil, unique en Algérie) permet d’avoir une granulométrie de quatre à vingt microns, afin d’obtenir une poudre en WP (poudre mouillable). Dans cette entreprise, on retrouve deux mélangeurs pour produire de la poudre dispersible, un broyeur à marteau (hammermill).L’entreprise offre aux agriculteurs locaux un produit de qualité, avec un  rapport qualité/prix avantageux par rapport aux importateurs. Ce qui permet de réduire la facture d’importation de produits phytosanitaires, avec un taux d’intégration moyen de 80%.
Le directeur de cette entreprise rassure que la Sarl Dekachim est en mesure de couvrir le marché national dans certains produits. S’agissant de leur stratégie de développement, Chelali parle de l’acquisition d’une nouvelle unité de formulation liquide, pour la suspension concentrée (SC) unique en Algérie. Et la formulation de micronutriments pour usage agricole.
Par ailleurs, Chelali nous explique le fonctionnement de l’unité de conditionnement poudre, qui se fait d’une manière automatique. Six machines avec un grammage de 10 à 100 g, et 250 g pour la machine automatique, deux machines en semi-automatique (grammage de 50 gà 5 kg). La capacité de production poudre est de 200 tonnes par an. Dans l’unité formulation liquide, on retrouve quatre réacteurs d’une capacité de 6000 l/j. On y trouve deux lignes de conditionnement automatique, une ligne pour un litre/3000 l/j, 1 ligne pour le 250 ml 1000 l/j. La capacité de production liquide est de 100 tonnes par an. Quant aux gammes des produits fabriqués dans cette usine, il s’agit d’insecticides acaricides, de produits fongicides et de produits herbicides. Pour l’hygiène publique, il y est fabriqué des fourmicides et des produits en poudre.
Samira Sidhoum
Nadjib Ben Attou, directeur de l’industrie d’Ouled Djellal : «L’Etat a toujours encouragé les investisseurs dans le Sud et le Grand Sud»
Quelles sont les actions entreprises pour promouvoir l’investissement industriel à Ouled Djellal, à travers la dynamisation des plans de développement et l’extension des zones d’activité industrielles ?
La wilaya d’Ouled Djellal compte 6 zones d’activité dont 2 dans la commune d’Ouled Djellal d’une superficie de 67,23 ha, 2 zones à Sidi Khaled d’une superficie de 64,781 ha, une autre à Chaïba d’une superficie de 10 ha, et 3 micro-zones en cours de création. En qui concerne le tissu industriel de la wilaya, il varie entre l’industrie agroalimentaire, l’industrie chimique, l’industrie mécanique et la production de matériaux de construction, notamment le plâtre et dérivés. Pour les projets qui seront bientôt réceptionnés, nous avons deux unités de production de plâtre et dérivés (plâtre simple, plaques au plâtre, enduit de finition…). Notre wilaya a tous les atouts pour la promotion de l’investissement, notamment le foncier. Les actions entreprises pour promouvoir l’investissement industriel dans la wilaya prévoient l’élargissement de l’offre foncière (les zones existantes dont les lots octroyés sont à 45% seulement, la création d’une nouvelle zone d’activité à Doucen d’une superficie de 50 ha), l’encouragement des porteurs de projet, les TPE et startups à investir et à la réalisation de leurs projets à travers la création de 3 micro-zones. Au titre de réalisations, il est prévu l’exonération de droits de douane pour les biens non exclus, importés et entrant directement dans la réalisation de l’investissement, la franchise de TVA pour les biens et services non exclus, importés ou acquis localement entrant directement dans la réalisation de l’investissement, l’exemption de droit de mutation à titre onéreux pour toutes les acquisitions immobilières effectuées dans le cadre de l’investissement concerné. Au titre de l’exploitation, les avantages cités ci-dessus sont valables pour une durée de trois ans après constat d’entrée en activité établi par les services fiscaux à la diligence de l’investisseur de l’exonération de l’impôt sur le bénéfice des sociétés (IBS), de l’exonération de la taxe sur l’activité professionnelle (TAP).Cette durée peut être portée à cinq ans pour les investissements créant plus de 100 emplois au moment du démarrage de l’activité. Ces dispositions s’appliquent également aux investissements déclarés auprès de l’ANDI à compter du 26 juillet 2009.Cette condition de création d’emploi ne s’applique pas aux investissements implantés dans les localités éligibles au fonds spécial du sud et des hauts plateaux. Le non- respect des conditions liées à l’octroi de ces avantages entraîne leur retrait.
Les mutations que connaît le monde dans le domaine de l’énergie imposent de s’orienter vers l’investissement dans l’hydrogène. Où en êtes-vous dans ce créneau ? 
Jusqu’à ce jour, nous n’avons reçu aucune demande d’investissement dans ce créneau.
Combien de demandes de brevets déposées au niveau de l’Institut national algérien de propriété industrielle (Inapi) avez-vous reçues ?
Nous n’avons aucune une information pour l’instant sur les demandes de brevets déposées à l’Inapi.
L’Etat accorde une extrême importance à l’encouragement de l’investissement industriel au sud et au grand sud, à travers des mesures de facilitation et d’incitation au profit des investisseurs…
L’Etat a toujours encouragé les investisseurs dans le sud et le grand sud en approuvant un ensemble d’avantages fiscaux et parafiscaux.
Entretien réalisé par S.Sidhoum
Énergie : «95% de couverture en électricité et 72% en gaz»
Pour répondre aux besoins de la région en énergie électrique, notamment pour le secteur agricole, trois nouveaux postes de haute tension sont en cours de réalisation (un poste 220/60 KV à Ouled Djellal, un de 60/30 KV à Sidi Khaled et un autre de 60/30 KV à Doucene), a indiqué, à Horizons, Abdelaziz Boukhari, directeur de l’énergie à Ouled Djellal. Interrogé sur le raccordement des habitations en énergie électrique et dans le cadre du programme centralisé (ministre de l’Energie et des Mines), il affirme que 2500foyers en ont bénéficié durant ces deux dernières années (2020-2021).
Dans le cadre du FGSCL(Fonds de garantie et de solidarité des collectivités locales),d’autres opérations initiées par les APC, en cours de réalisation, toucheront 2.300 foyers. Il ajoute que le taux de couverture en électricité de la wilaya est de l’ordre de 95%.
Quant au gaz naturel, il affirme que toutes les agglomérations urbaines de la wilaya  y sont raccordées. Un nouveau DP(poste de distribution publique) de gaz composé  320 foyers a été réalisé dans le cadre du programme centralisé (travaux en cours). Dans le cadre du programme FGSCL initié par les APC, 2.500foyerssont en cours de raccordement (les travaux sont presque achevés). Le taux de couverture  en gaz de la wilaya est de 72%, a-t-il précisé.
S. S.
Direction des équipements publics : Lancement de plusieurs projets
Le directeur des équipements publics à Ouled Djellal, Noureddine Allali, dévoile, en exclusivité pour Horizons, son plan d’action. D’abord, le secteur de l’éducation. Il confie que 28 projets ont été réceptionnés et livrés durant les cinq dernières années. Quant à l’enseignement secondaire, il affirme que trois projets sont retenus à savoir des lycées à Doucen, Ras El Miad et Besbes.
S’agissant de l’enseignement moyen, il mentionne sept projets dont trois collèges (agglomération Chaoa, Ouled Djella), agglomération Lemgharra-Sidi Khaled et la commune Ras El Miaad, un demi-pensionnat 200 R, un collège Abu Dhar Ghefari à OuledDjellal, une unité de dépistage et de suivi, uncollège Malek Ibn Nabi à Chaiba, deux classes d’extension à l’école Mghazi Mohamed dans la commune Doucene. Concernant l’enseignement primaire, Allali cite dix-huit projets répartis sur des groupes scolaires, cantine scolaire, école, extension de classe. Il a par ailleurs cité le programme inscrit au titre de l’année 2021, qui comprend neuf projets (2 pour l’enseignement secondaire et 7 pour le primaire.)
Outre ces programmes, Allali parle d’autres projets inscrits au titre de l’année 2022. Il s’agit  de onze projets qui concernent la réalisation d’une cour de justice, une sûreté de wilaya, une brigade mobile de la police judiciaire, un siège de direction de la protection civile, un siège de direction de l’éducation nationale, un siège de direction de la santé, des sièges de direction de la culture, de direction de la jeunesse et des sports, de direction des affaires religieuses et des wakfs, d’un laboratoire de contrôle de la qualité et un siège de direction de la formation et de l’enseignement professionnels.
S. S.

 

 

 

 
Postes et télécommunications : Bientôt 8 nouveaux distributeurs automatiques
Pour renforcer le parc d’Algérie Poste, la wilaya d’Ouled Djellal bénéficiera de  8 nouveaux distributeurs automatiques de billets de banque, apprend-on auprès de Salem Fayçal, directeur des postes et télécommunications à Ouled Djellal.
Ces distributeurs seront répartis comme suit : 3 GAB dans la commune Ouled Djellal, 2 dédiés à la commune Sidi Khaled, et 3 GAB de type indoor. Dans l’optique d’améliorer les prestations d’Algérie Poste et de garantir une accessibilité du service postal 7/7 et 24/24, un projet de création d’un espace libre-service abritant des GAB est en cours de concrétisation au niveau de la wilaya d’Ouled Djellal. Cet espace est prévu au chef-lieu de wilaya. À cet effet, un aménagement est en cours de lancement dans un kiosque dédié à ce projet. Plusieurs projets sont en cours de réalisation dont la réhabilitation d’un bureau de poste et un logement à Ras Ledjader, dans la commune de Besbes. Pour les projets en cours de lancement, il y a lieur de noter l’aménagement d’un bureau de poste à OuledDjellalet4 logements de fonction dont 1 devant abriter le siège de l’APW d’Ouled Djellal, et la construction d’un bureau de poste au niveau de la commune d’Ouled Djellal (nouvelle ville) dans le cadre du programme PCD. Salem Fayçal met l’accent sur deux axes importants pour développer le secteur. Le premier porte sur la promotion de l’équipement public et l’amélioration de la qualité des prestations de services d’Algérie poste. Ce qui, explique-t-il, permettra d’augmenter la densité postale et de rapprocher les services postaux des citoyens, y compris ceux des régions reculées. Dans le cadre de cet axe, figure la réalisation de bureaux postaux et le réaménagement d’anciens bureaux postaux. Il fait savoir que le réseau postal compte 19 bureaux postaux répartis sur les 6 communes de la wilaya. Une densité postale égale à 12.874 h/bp. S’y ajoutent 3 GAB répartis entre Ouled Djellal, Sidi Khaled et Doucene.
S. S.
Tombeau de  Sidi Khaled Ibn Sinan El Abssi : Un havre de paix 
A Ouled Djellal, une halte s’impose. Sur un lieu très prisé par la population locale et les visiteurs nationaux et étrangers. C’est le tombeau de Sidi Khaled Ibn Sinan El Abssi. Un havre de paix. Mieux, un jalon de tolérance entre les confessions. Ce lieu de culte est convoité aussi bien par la communauté musulmane que celle chrétienne. Pourquoi ? Pour y répondre, Mohamed Bachir Abssi, recteur de la mosquée Sidi Khaled Ouled, à Djellal, donne des éclairages. «De nombreux historiens et savants de l’Islam racontent qu’un prophète serait venu de la péninsule arabique pour prêcher l’unicité de Dieu.» «Des savants musulmans, à l’exemple d’Ibn Arabi, Eddousouki, Abi Mansour Ethaâlibi, Ezamakhchari et Errazi disent que Sidi Khaled fait partie de ces nombreux prophètes qui ne sont pas cités dans le Coran.»
Cet interlocuteur affirme que dans le Saint Livre du Coran, de nombreux prophètes ont été envoyés à l’humanité mais dont l’histoire et le vécu demeurent méconnus.
D’après ce même recteur, Sidi Khaled pourrait donc être l’un de ces prophètes. Sidi Khaled a pris refuge à Ouled Djellal pour y répandre son savoir et ses connaissances. Décédé en l’an 453, ou en 300 selon les récits, après Jésus-Christ, Sidi Khaled est pour d’autres un des émissaires des apôtres venus du Hidjaz pour répandre le message de Jésus.
Jusqu’à nos jours, ce tombeau enregistre un afflux considérable de visiteurs, notamment les femmes en quête de bénédiction, témoigne un habitant. «Ce lieu sacré est un havre de paix très apprécié des femmes qui viennent nombreuses solliciter la bénédiction du saint homme auprès de qui il suffirait de faire un vœu pour que les problèmes de couple se règlent, pour trouver l’amour ou même pour réussir à avoir un enfant.»
La mosquée est flanquée d’un joli minaret quadrangulaire. Le tombeau est orné de décorations musulmanes et dépourvu de toute inscription chrétienne.  Ce mqam démontre, selon les historiens de la région, l’importance de la consécration de la culture du dialogue entre les musulmans et les peuples du monde pour garantir la coexistence et la tolérance entre les religions et éviter les chocs et conflits qui menacent les nations et les sociétés. Le Pr Mokhtar Ajbi conclut en disant que l’Islam préconise le dialogue des civilisations, la cohabitation et la tolérance envers l’autre. Près du tombeau de Sidi Khaled Ibn Sinan El Abssi, une sensation de quiétude plonge dans un univers de calme et de paix. Il est couvert d’un drap vert, des écrits de savants musulmans, et de jolies lanternes, un cadeau d’un ambassadeur en passage à ce lieu culte, indique le recteur. Ce lieu saint est doté de nombreux ornements décoratifs très beaux de par ses murs et plancher, portes et escaliers, piliers et même tapis. Les mots ne peuvent pas décrire la sacralité de ce lieu. Cependant, cette mosquée a besoin d’opérations de réhabilitation à cause de sa vétusté.
S. S.
Zaouïa Mokhtaria dans la cohésion sociale : Initiation et apprentissage
Située à Ouled Djellal, la zaouia Mokhtaria est un lieu sacré. Elle a été créée en 1815 et n’a jamais fermé ses portes, indique pour Horizons Mohamed Naïmi, imam de la zaouia Mokhtaria à Ouled Djellal. D’abord, cette zaouïa qui est affiliée à la confrérie Rahmania, a essentiellement comme objet l’enseignement du Coran, l’aide aux nécessiteux, le développement de la solidarité sociale, résoudre les conflits. Plusieurs rencontres sont organisées autour de la confrérie Rahmania, avec la participation de plusieurs étudiants venus de partout notamment Djelfa, M’sila, Tiaret, Laghouat, Batna, Oum El Bouaghi, Khenchela, Alger, Bouira, et Boumerdès. Des  rencontres mais aussi  des cours initiés sur la vie du prophète Mohamed (QSSSL).Les conférences mettent en exergue le comportement de la famille du prophète (QSSL) afin de mettre davantage la lumière sur divers aspects de leur vie consacrée au soutien du message de Mohamed (QQSL) et à la propagation des valeurs de l’Islam. Cette initiative de la zaouia Mokhtaria au profit des étudiants, chercheurs et du large public vise à enrichir l’activité scientifique sur la vie et la sunna du prophète (QSSL), a-t-il souligné. Par ailleurs, Naïmi affirme que cette zaouïa a, de tout temps, veillé à préserver l’identité et la cohésion de la société algérienne, en diffusant les valeurs islamiques saines et en inculquant l’amour de la patrie aux enfants, partant des principes ayant guidé leurs ancêtres.Le cheikh de cette zaouïa estime qu’elle a (la zaouia, ndlr) réussi à impacter la stabilité sociale et contribuer à corriger les comportements des individus.
S. S.
Direction de la jeunesse et des sports : Les infrastructures, tout un chantier
Le conseiller en sport et inspecteur de la jeunesse et des sports chargé de la gestion de la DJS depuis 2019, Missoum Khelifa, vient d’être nommé directeur de la jeunesse et des sports d’Ouled Djellal.« Toutes les infrastructures (de jeunesse et unités sportives) ont été réalisées par la DJS de Biskra et sont gérées à ce jour par des cadres de la jeunesse et des sports de la DJS, de l’ODEJ (Office des établissements de jeunesse) et de l’Opow (Office des parcs de wilaya omnisports)de la wilaya de Biskra, et ce en attendant leur transfert vers la DJS d’Ouled Djellal dont ceux qui ont été intégrés récemment», affirme Missoum. Ce dernier révèle la répartition de ces infrastructures. À Ouled Djellal, le secteur de la jeunesse et des sports comprend une salle omnisports (OMS) de 1.000 places, une piscine semi-olympique (fermée depuis 2019), une maison de jeunes (avec terrain en dur poreux), une maison de jeunes (avec terrain réduit en terre et sable), une auberge de jeunes (avec terrain en dur poreux et bassin réduit), un complexe sportif de proximité en chantier, un stade de football de 5.400 places en chantier, un autre (communal) en chantier avec gazon synthétique. À Doucene, on compte une maison de jeunes, un complexe sportif de proximité, un stade de football (communal) en gazon synthétique, un terrain (communal) avec piste en sable pour les courses de chevaux. À Chaiba, il est fait état de la réalisation d’un terrain de football (mélange terre et sable). À Sidi Khaled, le DJS cite la réalisation d’une maison de jeunes, un complexe sportif de proximité, une maison de jeunes, une salle OMS (500 places) en chantier, un stade football (communal) en gazon synthétique. De même pour les communes de Ras El Miaed, d’El Besbes, où différents programmes sont réalisés et réceptionnés.
Par ailleurs, Missoum revient sur les disciplines les plus pratiquées dans la wilaya d’Ouled Djellal comme le football, le basket-ball, le handball, l’athlétisme, le volley-ball, les sports de combat, entre autres. Les activités de jeunes et loisirs sont reparties à travers les établissements et les associations partenaires de ces établissements, ajoute-t-il. «Comme ce sont les premiers pas de cette nouvelle direction de la jeunesse et des sports, nous pensons créer nos ligues de sport et de jeunes pour gérer toutes les activités de différentes spécialités, à commencer par la ligue de sport scolaire, sport et travail, sport de proximité, sport féminin et autres», conclut-il
S. S.