Alger : 58 plages autorisées à la baignade

La commission de préparation de la saison estivale 2022 dans la wilaya d’Alger a retenu 58 plages autorisées à la baignade, sur un total de 71, et dotées de tous les moyens nécessaires pour accueillir les estivants et remédier aux insuffisances enregistrées au cours des dernières années, a indiqué le directeur du tourisme et de l’artisanat de la wilaya d’Alger, Mokdad Tabet.
Dans une déclaration à l’APS, Tabet a indiqué que ces plages qui s’étendent sur une bande côtière de 97 km se répartissent sur 17 communes côtières et ont connu ces derniers mois des campagnes d’aménagement et de nettoiement de large envergure pour assurer la réussite de la saison estivale 2022, qui a débuté mercredi dernier et s’étalera jusqu’au 30 septembre. Il s’agit notamment des plages de Zéralda (Khelloufi, complexe touristique de Zéralda, Azur-Plage et les Sables d’or), des plages de Sidi Fredj, Les Dunes et El Djemila (Aïn Benian), des plages Bateau cassé à Bordj El Kiffan et Kadous à Reghaïa, a-t-il précisé.
Concernant le volet commercial, le même responsable a fait état de l’ouverture de nouveaux locaux commerciaux alors que d’autres locaux ont été réhabilités. De nouvelles structures ont été réalisées au niveau des grandes plages, renforcées en agents de sécurité pour veiller à l’organisation et à l’encadrement durant cette période. Des instructions ont été données aux communes concernées pour veiller à la gestion de ces plages à travers la désignation de cadres compétents et la coordination des actions avec les différents services «pour soumettre des rapports sur les insuffisances et les infractions enregistrées. L’accent a été mis sur l’obligation d’appliquer le principe de gratuité de l’accès aux plages consacré par la loi 03-02 du 17 février 2003», outre «l’interdiction d’octroi d’autorisations aux exploitants qui imposaient leur contrôle sur les plages en demandant aux citoyens de payer des frais supplémentaires pour la location de parasols, de chaises et de tables». Pour faire aboutir cette démarche, le wali d’Alger «a chargé l’Etablissement de gestion de la circulation et des transports urbains de la wilaya d’Alger de gérer les parkings qui se trouvent à proximité des plages tout en proposant des prix raisonnables à la portée des familles en vue de mettre fin à la gestion arbitraire de ces espaces», a-t-il ajouté.