Alger-Centre : Engouement des électeurs

A peine 8h passées, l’opération de vote a été marquée, ce samedi, par un défilé de citoyens venus en masse exercer leur droit électoral. Au niveau des centres de vote à Alger-Centre, nombreux s’étaient déplacés pour soutenir un candidat de leur quartier, d’autres pour donner leur voix pour un avenir meilleur.

A l’école primaire Salem-Bouznad, dans la commune de Mohamed-Belouizdad, à Alger, l’entame et le déroulement des opérations de vote se sont déroulés dans de bonnes conditions. Selon le responsable du centre, Kamel Bouachir, toutes les dispositions ont été prises pour le bon déroulement de l’opération. «Nous avons mis l’accent sur les mesures sanitaires. Gel hydroalcoolique et masques de protection ont été mis à disposition, tant pour les coordinateurs que pour les électeurs. Nous avons également appelé les votants à respecter la distanciation sociale. N’accèdent aux urnes que deux personnes à la fois», assure-t-il. Concernant le vote, le même responsable souligne qu’une grande affluence a été constatée par rapport au scrutin précédent. «Les citoyens se sentent plus concernés par ces élections, étant donné que cela implique un membre de leur famille, du quartier ou un partisan du parti dont ils sont adhérents», renchérit-il. «Nous avons également, poursuit-il, enregistré une forte participation féminine. Près de 20% des votants sont des femmes, comparativement aux législatives où le taux était bien moins élevé.» Mahmoud, qui venait de voter, se réjouit d’avoir accompli son devoir envers la nation. «Je vote par conviction. Celle de voir ma commune se développer, d’améliorer les choses et de participer au changement», lance-t-il. Un observateur du Mouvement El Bina, qui était sur place, confie que son parti «œuvre pour assurer toutes les conditions de réussite de ces élections et atteindre un taux de participation significatif».
A l’école Aïssat-Idir, au 1er Mai, ce sont les jeunes qui étaient en première ligne. Dans un scrutin crucial pour élire les élus communaux, la jeunesse se dit mobilisée pour amorcer le changement «très attendu».
« C’est ma première fois »
Nassim et deux de ses amis sont venus voter pour soutenir un candidat qu’ils connaissent bien. Au fait du programme de ce dernier et des changements qu’il compte opérer au niveau de la commune, les trois universitaires n’ont pas hésité à faire participer d’autres jeunes du quartier. «C’est en se mobilisant que nous pouvons améliorer les conditions sociales et économiques du quartier. Nous avons assez dormis sur nos lauriers. Il est temps d’aller de l’avant», déclare Nassim, en essuyant l’encre de son doigt. «Je viens de voter. C’est ma première fois. J’estime désormais que les choses ont pris une bonne tournure pour permettre à la jeunesse d’éclore», jauge-t-il.
Au centre de vote El Istiklal, à la rue de la Liberté, les votants sont résolument confiants quant à la phase post-électorale, qui consacrera, nous dira-t-on, «le processus d’édification institutionnelle et la reconstruction des bases sociales, qui ont connu ces deux dernières années, une dégradation de leur cadre de vie, essentiellement dû à l’avènement de la pandémie». «Il y a dégradation du cadre de vie  du citoyen. Une situation héritée de la mauvaise gestion et des pratiques de l’ancien régime, mais également imputée à la situation sanitaire. Ce scrutin permettra de faire pencher la balance en faveur des classes sociales fragiles», signale un juriste croisé sur les lieux, après avoir accompli son devoir électoral.
Walid Souahi