Algérie-Ethiopie : Le Président Tebboune annonce l’ouverture d’une ligne aérienne Alger-Addis-Abeba

Le chef de l’Etat a annoncé, ce mercredi à Alger, l’ouverture d’une ligne aérienne entre Alger et Addis-Abeba. Lors d’une conférence de presse animée conjointement avec la présidente de  la République d’Ethiopie, Mme Sahle-Work Zewde, au terme de l’audience  qu’il lui a accordée au siège de la Présidence de la République, le  président Tebboune a annoncé avoir convenu avec son homologue éthiopienne  de « l’ouverture, dans les plus brefs délais, d’une ligne aérienne directe  entre Alger et Addis-Abeba ».
La présidente de la République d’Ethiopie, Mme Sahle-Work Zewde a affirmé que la décision de l’ouverture d’une ligne aérienne entre Alger et Addis Abeba constituait « un grand pas » vers la réalisation des aspirations communes de l’Algérie et de l’Ethiopie.
Lors d’une conférence de presse animée conjointement avec le président de
la République, M. Abdelmadjid Tebboune au terme de leurs entretiens au
siège de la Présidence de la République, Mme Sahle-Work Zewde a souligné
que « l’annonce de l’ouverture d’une ligne aérienne entre Alger et Addis
Abeba constitue un grand pas vers la réalisation de nos aspirations
communes qui n’ont pas encore atteint le niveau escompté ».
Qualifiant de « fructueuses » ses discussions avec le Président Tebboune, la
présidente éthiopienne a relevé que sa visite en Algérie « témoigne des
liens unissant les deux pays qui œuvrent à leur promotion ».
A cet effet, elle a annoncé la tenue de la 5e Commission conjointe entre
les deux pays en septembre prochain à Addis Abeba.
Mme Sahle-Work Zewde a exprimé sa joie de se trouver en Algérie, un pays
qui représente tant pour l’Afrique et ses peuples, précisant que la
Révolution algérienne « est un évènement historique important et
exceptionnel dans la marche des peuples colonisés vers la libération ».
A cette occasion, elle a souhaité que cet évènement constitue « un nouveau
départ en termes d’actions à entreprendre en faveur de l’Union africaine
(UA) et pour la préservation de l’unité des pays africains, en œuvrant pour
le développement du continent et sa représentation effective à l’ONU ».
Elle a affirmé « qu’il reste beaucoup à faire en termes de représentation
permanente de l’Afrique au Conseil de sécurité de l’ONU et aux réunions du
G 20 ».