Ali Mostefaoui, vice-président de l’APC de Kouba : «Les équipes d’hygiène multiplient les contrôles»

Le vice-président de l’Assemblée populaire communale de Kouba, Ali Moustefaoui, évoque les nombreuses visites d’inspection des services d’hygiène communaux au sein des supérettes, boucheries, restaurants et pâtisseries pour contrôler l’hygiène et la conservation des produits à des températures adéquates.
La saison estivale est caractérisée par l’augmentation des cas intoxication alimentaire en raison du manque d’hygiène. Comment faites-vous pour prévenir ces toxi-infections ?
Sur la question d’hygiène, on ne lésine pas sur les moyens. Nos équipes sortent quotidiennement sur le terrain pour vérifier les conditions de préparation et de conservation des produits alimentaires ainsi que le respect de la chaîne de froid. C’est ainsi qu’elles font des inspections chez les boucheries, restaurants, pâtisseries, rôtisseries, supérettes et épicerie pour vérifier la conformité des produits. Par exemple, au niveau des supérettes et épiceries, elles examinent le cachir, le pâté et les produits frais. Tout comme, elles vérifient la température des frigos. Qu’un frigo soit allumé, cela ne suffit pas, car ça ne renseigne pas sur le respect des températures requises pour la conservation des aliments. C’est dans cette optique que les services d’hygiène procèdent à des tests et analyses. En somme, le travail de nos équipes s’intensifie pendant l’été.
En été, nous assistons à une flambée des intoxications, dues notamment à la consommation de glaces ou sandwichs…
Effectivement. Cela est lié au non-respect des températures requises pour la conservation des produits. Conscients de cet état de fait, les services d’hygiène effectuent des enquêtes et vérifications minutieuses et pénalisent les commerçants contrevenants qui ne règlent pas leurs frigos aux températures requises. Aussi, à l’occasion des examens de fin d’année qui se déroulent à des températures très élevées, nos équipes d’hygiène concentrent l’essentiel de leurs efforts pour la vérification de l’eau et des repas au niveau des établissements scolaires. En cas d’intoxication alimentaire, nos équipes prennent un plat échantillon témoin pour le garder au minimum 24 heures, et vérifier si l’intoxication alimentaire est liée à son contenu ou non. En somme, pendant la période estivale, il y a des instructions fermes pour préserver la santé de nos concitoyens qui n’a pas de prix.
La saison estivale est marquée par un manque d’eau. Comment faites-vous face aux pénuries de la ressource hydrique ?
On fait appel à la Seaal pour régler la problématique. On prend nos dispositions à ce propos et on ne laisse pas les choses en l’état, surtout quand il est question de fuites d’eau. De plus, nous disposons de camions-citernes qui se déplacent dans les quartiers pour ravitailler les habitants.
Quid des coupures d’électricité ?
C’est lié à des surcharges ou à des pannes. Et là encore, c’est les services de la Sonelgaz qui règlent ces problèmes.
Entretien réalisé par Fatma-Zohra Hakem