Amine Chaâbane, sociologue : Seul le spirituel…

La violence marque le comportement de nombreux citoyens durant le mois de Ramadhan. Le phénomène a pris une ampleur telle que de nombreux scientifiques s’y sont penchés pour élucider les raisons.
Selon le sociologue Amine Chaâbane, ce pic d’agressivité est notamment dû au manque de nicotine.

Il explique que le manque de cette substance nocive influe psychologiquement sur le comportement de la personne dont le corps est habitué à la consommation de la cigarette, la chique… Certaines personnes deviennent agressives dans la rue, le marché, le travail ou même chez elles. «Pourtant, le mois de Ramadhan est une occasion pour s’appuyer sur l’aspect spirituel pour devenir calme et serein. Justement, la récitation du Saint Coran apaise les tensions chez la personne agressive», explique ce professeur de sociologie qui insiste sur l’aspect spirituel, car, selon lui, «est le seul moyen pour éviter cette violence verbale ou physique». Que de personnes ont été victimes de ces comportements violents durant le mois de Ramadhan qui se soldent souvent par des gestes désolants. On constate au quotidien les altercations dans les marchés, dans les quartiers et surtout au sein des familles et ce pour diverses causes. «Dans le Coran, Allah exhorte au bon comportement du jeûneur pendant le mois de Ramadhan avec l’adoration de Dieu qui apaise l’esprit et rend l’être humain plus calme et plus serein», explique le sociologue, estimant que ce phénomène de violence durant le mois de Ramadhan conduit l’agresseur vers une violence extrême qui, parfois, peut provoquer l’irréparable.
M. Benkeddada