Aviculture : La grippe aviaire maitrisée

Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Abdelhafid Henni, a indiqué, ce samedi en marge de la célébration du 48e anniversaire de la création de l’Unpa, à l’Inraa d’Alger, que les foyers de grippe aviaire (H5N1) ont été totalement maitrisés et qu’il n’en existe aujourd’hui aucun cas signalé.
« Nous avions découvert un ou deux foyers dans des élevages de volailles, mais il n’y a eu aucune propagation et toutes les contaminations ont été enrayées », a expliqué le ministre. Il a rappelé, à ce propos, que la « commercialisation du poulet est soumise à une autorisation de mise sur le marché », ce qui garantit la salubrité du produit. Et de préciser que les aviculteurs ont entamé, depuis quelques temps, des opérations de vaccination de leurs cheptels, afin d’éviter tout risque de contamination. S’agissant des prix du poulet, Henni a rappelé qu’il a eu à s’entretenir avec les représentants de cette filière avec lesquels il s’est entendu de procéder, bientôt, au plafonnement des prix, selon un calcul prenant en considération tous les coûts entrant dans l’élevage des poulets de chair.
Plafonnement des prix du poulet sur le marché
« Nous allons parvenir, très prochainement, à un accord écrit qui officialisera le plafonnement des prix du poulet sur le marché », a assuré le ministre. Quant aux œufs de consommation, Henni a affirmé que la production a atteint des volumes suffisants pour couvrir le besoin du marché national. « L’augmentation du prix des œufs de consommation n’est pas justifiée et il ne s’agit que de spéculation », a-t-il dit, ajoutant que son département a saisi les services du commerce, afin de renforcer les contrôles et sévir contre les spéculateurs. Il en est de même pour la semoule, puisque « la récolte céréalière a donné lieux à des volumes de blé assez importantes, soit plus de 40 millions de quintaux de blé dur, et quelques 25 millions de quintaux de blé tendre ».
Selon le ministre, « il n’existe aucune pénurie sur le marché, mais il faudrait que nos citoyens changent d’habitude alimentaire en diminuant la consommation des farines produites à partir du blé tendre ». Le ministre n’a pas manqué de rappeler, aussi, que l’Algérie a été classée par le Programme Alimentaire mondial (PAM) des Nations unies, première en Afrique en matière de sécurité alimentaire. Ce programme affirme que l’Algérie fait partie désormais de la catégorie des pays dont le taux de personnes sous-alimentées est inférieur à 2,5% de la population totale, au même titre que la majorité des pays européens, des Etats-Unis, du Canada et autres.
L. M .