Annaba : El hadja Fatima, Abderrahim et les autres

Les opérations de vote au niveau des douze communes de la wilaya d’Annaba  pour les élections locales (APC-APW) ont connu un début timide mais se sont déroulées dans de bonnes conditions, a-t-on constaté.

Le délégué de wilaya de l’Autorité nationale indépendante des élections (Anie), Ali Braham, a fait savoir que les élections se déroulent dans de bonnes conditions, avec le respect total des mesures barrières. «Les électeurs ont commencé à voter dans un cadre organisé et dans le respect du protocole sanitaire de prévention de la pandémie de la Covid-19.»
Selon les données communiquées par l’Anie d’Annaba, le corps électoral est estimé à 443.916 inscrits. 13.472 encadreurs sont mobilisés pour le bon déroulement du scrutin dans 148 centres de vote et plus de 1.061 bureaux de vote, répartis sur les 12 communes de la wilaya d’Annaba. Le total des listes participantes est de 66, et 3 pour les listes indépendantes.
Des représentants de candidats sont présents au niveau des bureaux de vote, conformément à la loi qui leur permet d’observer l’opération de vote en vue de garantir la transparence et le bon déroulement des élections.
Le wali d’Annaba, Djamel Eddine Brimi, s’est acquitté dans la matinée de son devoir électoral au CEM Abane-Ramdane.
Le taux de participation a atteint 3,45% (APC) et 3,43% (APW) à 10h. Dotés de tous les moyens nécessaires, l’ensemble des centres de vote visités (école primaire Abane-Ramdane, CEM Emir-Abdelkader, CEM Georges-Ishak, école primaire Douayssia) ont instauré un protocole sanitaire qui comprend des consignes obligatoires à l’intérieur des bureaux de vote,dont le port obligatoire du masque et le respect de la distanciation sociale.
Hamid, chef du centre de vote au CEM Emir-Abdelkader,a déclaré que «l’opération de vote a débuté à 8h dans de bonnes conditions, avec une faible affluence au début, puis moyenne à midi. Au total, nous comptons 70 votants hommes à 13h sur 800 inscrits».
 Etape charnière
La cinquantaine, Aymen Rahili, ingénieur en agronomie, a tenu à accomplir son devoir électoral. «Les élections locales sont très importantes à mes yeux, vu qu’il s’agit du développement local de la commune. Si on veut réellement un changement, on doit voter.»
Un autre votant qui était accompagné par son épouse estime nécessaire de voter vu que «c’est une étape charnière que traverse notre pays. Il ne faut surtout pas baisser les bras», a-t-il souligné.
Bien que souffrant du poids de l’âge et de la maladie, hadja Fatima confie qu’elle répond toujours présent aux élections pour dire son mot et renouveler ses espoirs de voir sa localité dotée de structures médicales, scolaires, des postes de travail pour les jeunes et des logements décents.
Dans ce centre de vote, les électeurs n’affluaient pas en grand nombre. «Nous avons enregistré la participation d’une trentaine de votants à 15h. Nous n’avons observé aucun dépassement», souligne Mohamed, le chef du centre, qui prévoyait une affluence après la prière d’El Asr.
Au centre-ville, ona enregistré aussi un faible taux de participation dans un autre centre de vote. Même si toutes les conditions étaient réunies, les organisateurs admettent à demi-mots la faible participation des citoyens. « L’opération électorale s’est déroulée dans un bon climat. Nous avons noté la participation de 50 électrices sur plus de 1.000 inscrites», précise le chef du centre.
Un vieux couple a marqué sa présence à l’école Larbi-Ben-M’hidi. Il a accompli son devoir électoral malgré leur âge. Pour eux, ces élections marquent un renouveau et un changement radical de l’opération électorale.
Parmi les rares jeunes à avoir voté, Abderrahim Imoula, qui, en quelques mots, a résumé sa participation au vote, en précisant qu’avant, il ne faisait pas confiance aux élus, mais il souhaite que les prochains élus soient à la hauteur de ses espérances notamment en ce qui concerne l’emploi et le logement.
De notre envoyée spéciale : Samira Sidhoum