Après la sortie médiatique de Belmadi : Le Cameroun menace de saisir la FIFA !

Après près d’un mois de la qualification du Cameroun face à l’Algérie (2-1 ap) en barrages retour de la Coupe du monde 2022, la polémique continue d’enfler entre les deux équipes.

Et pour cause, la récente interview de Djamel Belmadi sur le média officiel de la FAF, où il avait accusé l’arbitre gambien, Bakary Gassama, d’avoir favorisé les Lions indomptables le 29 mars dernier à Blida, est très mal passée du côté de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot). Cette dernière, dans un communiqué publié lundi soir sur son site officiel, a dénoncé les propos du sélectionneur national, qui, selon elle, «alimenterait le doute quant à l’intégrité des dirigeants camerounais».
«La Fédération camerounaise de football fait part de sa vive préoccupation à la suite des propos tenus le 24 avril 2022 par Djamel Belmadi, l’entraîneur-sélectionneur des Fennecs d’Algérie, comme suite au match comptant pour les barrages zone Afrique de la Coupe du monde Qatar 2022», écrit l’instance camerounaise dans un document signé par son président, Samuel Eto’o, tout en menaçant de mener une procédure légale contre le coach des Verts au niveau de la FIFA. «Le Cameroun se réserve le droit de porter l’affaire, dans les prochains jours, devant la commission d’éthique de la FIFA.»
La Fecafoot ne s’est pas arrêtée là puisqu’elle affirme qu’elle «conteste ces allégations diffamatoires instillées de manière allusive et formulées de façon répétitive par les dirigeants algériens du football. Elle regrette que la persistance de cette polémique au long cours soit de nature à provoquer des incidents similaires à l’agression verbale subie par des responsables camerounais le 1er avril dernier à Doha, en marge du tirage au sort de la Coupe du monde Qatar 2022».
L’instance de Samuel Eto’o a, en outre, invité les dirigeants algériens à accepter l’élimination enregistrée face à son équipe lors des barrages du Mondial 2022 et les a exhortés à «user des voies légales pour exercer les droits qui leur sont reconnus».
«La Fecafoot est profondément attachée aux valeurs du sport. Elle rappelle que la glorieuse incertitude de notre sport peut réserver des résultats difficiles à accepter. Mais, qu’en toutes circonstances, doivent prévaloir le respect de la règle du jeu, la considération due à l’adversaire et l’acceptation du résultat. Il est du devoir de tout dirigeant de haut niveau de préparer les compétiteurs et le public à goûter, le cas échéant, à l’amertume de la défaite et éprouver la douleur d’une élimination au scénario improbable. Le Cameroun l’a fait il y a quelques semaines quand la sélection nationale a été éliminée en demi-finale de la CAN Total Energie 2021, organisée sur son propre sol. Il en fut de même lorsque les Lions indomptables ont concédé une défaite (0-1) face à l’Algérie au match aller, disputé au stade de Japoma à Douala. La Fecafoot exhorte les dirigeants algériens du football à user des voies légales pour exercer les droits qui leur sont reconnus (l’Algérie a déposé un recours auprès de la FIFA, ndlr). Elle demande à tous les acteurs concernés de ne jamais oublier la fonction hédoniste du football. Le football est un jeu qui doit nous unir dans la défaite comme dans la victoire», a conclu le communiqué de l’instance dirigeante du football camerounais.
Pour rappel, Djamel Belmadi a récemment tiré à boulets rouges sur l’arbitre gambien. «On ne laissera plus jamais un arbitre venir et mettre à mal un pays. Je suis obligé de dire que je n’ai pas du tout aimé, le lendemain, de voir cet arbitre, confortablement installé à l’aéroport d’Alger dans les salons, boire un café et manger un millefeuille. J’ai vidé mon sac contre cet arbitre. Je n’ai pas aimé que nous puissions accepter ce genre de choses. Nous, quand on va dans ces pays, on n’a pas ces traitements de faveur et là on le laisse comme ça. Je ne dis pas qu’il faut le tuer, mais il ne faut pas le laisser tranquille. Il a ôté l’espoir à tout un peuple. Il ne faudra plus jamais accepter ce genre de choses», avait-il déclaré lors d’un entretien accordé au site officiel de la FAF.
Mehdi F.