Après le gel de l’activité commerciale à cause de la pandémie : Le retour des migrants relance le commerce de meubles et de l’électroménager

Les grands magasins spécialisés dans l’ameublement à travers les différentes régions du pays ont renoué avec l’activité depuis le début de ce mois de mai. Le retour des émigrés est à l’origine de cette nette reprise. Les achats et les commandes se succèdent après une stagnation pendant plus de deux ans, en raison de la situation pandémique due à la propagation de la Covid-19, ayant causé la fermeture des magasins, des grandes surfaces, le gel de l’activité commerciale et la fermeture des frontières terrestres, maritimes et de l’espace aérien.

Chez Electro-Meuble de Chéraga, les commerçants spécialisés dans l’ameublement de maison, bureau et décoration d’intérieur ont frôlé la faillite. L’amélioration, un tant soit peut, de la situation sanitaire, s’est caractérisée par le retour des clients, notamment les émigrés. Selon le propriétaire de ce magasin, même les clients étrangers, venus de Tunisie et Libye, ont repris leurs habitudes et passent des commandes. «Ce sont des clients ou des commerçants qui venaient auparavant par bus pour acheter des meubles, soit à titre personnel, soit titre pour les revendre ensuite», dit-il. «Ils attentent actuellement la réouverture des frontières terrestres pour venir régler leurs factures et récupérer leurs meubles, les appareils électroménagers et divers ustensiles et machines à usage personnel», précise-t-il.
Selon un transporteur assurant la livraison inter-wilayas, l’activité commerciale commence à reprendre. «Les émigrés font des commandes via les pages Facebook et font appel à des transporteurs pour leur assurer la livraison», fait-il savoir. «Les émigrés se rendent parfois dans les grands marchés de l’intérieur du pays, comme celui de Dubaï à El Eulma, dans la wilaya de Sétif, où ils achètent de l’électroménager avant de louer les services d’un livreur qui leur transporte la marchandise jusqu’à leur domicile», ajoute le transporteur. Il indique  que le marché de Dubaï de Sétif travaille les week-ends, contrairement aux années précédentes, et ce, pour rattraper les pertes enregistrées durant la période pandémique, mais aussi pour répondre aux demandes des émigrés. «Les Algériens qui vivent à l’étranger préfèrent acheter à Alger en raison des prix excessifs des meubles en Europe en général et en France en particulier», souligne le jeune homme.
En effet, avec l’ouverture de quatre vols par semaine entre l’aéroport de Lyon et celui de Sétif et d’autres lignes à partir des villes voisines comme Constantine, Bejaïa, sans oublier la ligne maritime Marseille-Skikda, la vente des produits locaux d’ameublement va être relancée. Les commerçants sont unanimes à dire que les clients algériens qui viennent de l’étranger commandent principalement des chambres à coucher, des chambres pour enfants, des bureaux et des salons de fabrication locale ou importés d’Asie. «Les meubles fabriqués en Algérie sont trois à quatre fois moins chers que ceux fabriqués en Europe», note le propriétaire de la chaîne d’ameublement et d’électroménager Tlemçani, sise à Aïn Benian.  «Les produits locaux n’ont rien à envier à ceux importés. Au contraire, ils sont plus solides, en raison de la qualité du bois utilisé», se félicite le commerçant. Il précise que la plupart des clients émigrés insistent sur les meubles locaux, et la décoration maison de fabrication locale, comme les lustres, les tables gigognes, les tables de coin et les tapis.
Rym Harhoura