Arbitrage : Quand Ghorbal fait l’unanimité

L’avant-match Algérie-Cameroun a plus polarisé l’attention des Algériens. Ils ont retenu leur souffle durant tout son déroulement et n’ont plus rien compris au coup de sifflet final. C’est vrai que c’était là trop de situations, d’émotions pour que le peuple en général et les sportifs en particulier aient pu détourner cette attention ailleurs, notamment  vers cette autre shakespearienne confrontation, notamment par sa dramaturgie opposant le Sénégal à l’Egypte.

Cela dit, pour quelle raison aurions-nous dû accorder de l’importance à ce match, alors que les Verts jouaient leur vie ou du moins ce qu’il revêtait pour leur coach, selon ses propres propos ? Tout simplement parce qu’il s’agissait d’une empoignade au cours de laquelle la victime, passez-nous l’expression, était «officiellement» la formation égyptienne mais où pourtant celui qui était mis au pilori était bel et bien l’arbitre de la rencontre. Or, celui qui devait être aux premières lignes était algérien. Il s’agissait de Mustapha Ghorbal et si, malgré la débauche d’énergie de la moitié de sa composante 120 minutes durant, notre sélection nationale n’est pas parvenue à honorer son contrat, bien au contraire, et dès les premières minutes de la rencontre, Mustapha Ghorbal allait faire voir et même sentir à tous les acteurs de la rencontre autant ceux sur le terrain qu’à sa périphérie immédiate que c’est de lui et seulement de son autorité, sa responsabilité et son extraordinaire présence que se configurerait la confrontation.
Et dans un véritable chaudron, 80.000 spectateurs agressifs, des staffs techniques survoltés, des commentateurs et journalistes locaux peu amènes, Mustapha Ghorbal a superbement pris en main la direction du match, faisant preuve via un savant dosage de sévérité et surtout d’une formidable pédagogie sportive pour que celle-ci, même si ici et là il y a eu quelques anicroches, ce qui au demeurant est de bonne guerre compte tenu du dramatique enjeu, aille jusqu’à la fin et que tout le monde rejoigne les vestiaires sans encombres de part et d’autre.
Ghorbal a été impérial et l’a tellement été qu’EDG (Equipe de Gregg) d’abord et EDS (Equipe du soir) ensuite, les émissions sportives de l’Equipe-Tv, lui ont consacré une bonne partie de leur débat, s’attardant sur la qualité de l’arbitrage et pour certains ne tarissant pas de superlatifs, lui ont accolé le qualificatif «d’excellence», au moment où les autres évoquaient bien entendu sa maîtrise d’une rencontre exceptionnelle, de son courage, son honnêteté et surtout sa lucidité hors du commun. «Arbitrage parfait», concluaient-ils à l’unanimité. Et dommage surtout qu’aucun média algérien n’est remarqué cette performance. Bravo Mustapha Ghorbal
Abdelhamid Lemili