Rezki Ouali, chanteur et comédien : «J’ai campé le personnage du poète par pur hasard»

Sacré meilleur jeune chanteur dans l’émission «Alhane wa chabab»en 2015, sa carrière a depuis, connu une ascension fulgurante. Après de nombreux produits et galas en Algérie et à l’étranger voilà qu’il prête ses traits au poète Si Mohand.

Vous avez surpris par une remarquable prestation ?
Comme le comédien, un chanteur fait aussi dans la gestuelle, la mimique et travaille les techniques de sa voix. Et puis, avant de  chanter sur scène j’y suis monté en jouant au sein de l’association culturelle de mon village. Je n’étais nullement dépaysé, car je connaissais pratiquement tout le monde avant d’intégrer la troupe. Lyès Mokrab, les acteurs et les danseurs avec qui j’ai partagé des moments de convivialité. Il faut savoir qu’au Théâtre régional, la direction fait un travail remarquable et m’a aussi   encouragé.
Comment êtes-vous arrivés dans la pièce ?
Par un pur hasard. J’étais pris par des travaux de construction en compagnie de mon ami Ferhat Messaoui qui me dit un jour qu’il risque d’être souvent absent car il devait réaliser pour Mokrab les décors de sa nouvelle pièce. Il me suggéra de l’accompagner surtout qu’il s’agit de musique. Sur le coup, je n’avais pas pris trop au sérieux son invitation, mais  après mûre réflexion, j’avais fini par accepter d’autant plus que  nous tournions en rond avec la crise sanitaire. Au cours du casting, Mokrab m’a dit «Si Moh Ou M’hend adulte c’est toi. Tu camperas son personnage. Je sais que tu possèdes le talent nécessaire». C’est comme cela que je me suis retrouvé dans la peau d’un personnage difficile à jouer. J’ai rejoint la troupe où j’ai été très bien accueilli. Nous avons eu à travailler intensément deux mois durant et jusqu’à épuisement. Pendant le Ramadhan, nous avons travaillé de jour comme de nuit jusqu’à des heures tardives.  N’eut été la bonne ambiance et le travail de Mokrab qui a su trouver les mots pour nous encourager, on aurait craqué.
Camper un personnage aussi énigmatique que controversé était-ce facile ?
Je m’étais engagé à jouer avec beaucoup d’appréhension. Je ne savais pas trop qu’elle en serait l’issue. Chacun perçoit Si Moh à sa manière. Moi, j’étais parti sur cette idée que sans lui Tamazight n’aurait pas survécue. C’est grâce à sa poésie d’une profondeur extrême et à sa transmission orale que notre langue a été entretenue par tous ceux qui sont venus bien pour exhumer son œuvre. Je pense à Boulifa un personnage (orateur)  important dans la pièce, Mammeri et tous les autres. Je me devais de donner le meilleur de moi-même. Je n’avais pas droit à l’erreur. Bien le jouer, c’est lui rendre le plus bel hommage. De par les échos reçus, je pense avoir réussi et en tire une fierté quelque part. Avant la générale, je voyais un tas d’images défiler. J’avais vécu des moments terribles. Pour ne rien vous cacher j’avais un trac terrible. Je me posais tellement de questions au point de perdre le sommeil. J’avais peur de ne pouvoir réussir. Mais après  standing ovation, j’avais poussé un ouf de soulagement. Il fallait voir l’ambiance de fête dans les coulisses.
Une tournée est-elle prévue ?
Cela  dépend des contacts de la production. En attendant nous savourons ces premières représentations qui ont permis au public de renouer avec le théâtre. Lorsque j’ai vu lors de la générale qu’une grande partie du public n’a pu accéder à la salle, je pense que notre  théâtre a un bel avenir.
La comédie musicale sera-t-elle sur support vidéo et audio ?
C’est le vœu de la troupe de se faire connaître à travers ces deux supports qui  donnent  plus de visibilité et d’audience au genre dans le monde entier. Que  fois, j’ai eu, dans mes galas, à reprendre la célèbre chanson de Belle de «Notre Dame de Paris». J’ose espérer que le public pourra l’avoir sous la main pour encourager les gens à aller voir des spectacles.
Et pour conclure, quels sont vos projets ?
Pour le moment, je suis dans cette comédie et si  d’aventure, il y a une nouvelle opportunité pour faire du théâtre je me ferai un plaisir de remonter sur scène. J’ai aussi un  nouveau produit et un clip en duo avec ma  partenaire de la pièce Melissa Sakhi qui a joué Yamina la bien- aimée de Si Moh. Je tiens enfin à remercier ceux qui nous ont soutenus et «Horizons» premier journal à m’ouvrir ses colonnes lorsque j’ai débuté dans la chanson.
Entretien réalisé par Rachid Hammouténe