Mohamed Hassène Daouadji (politologue) : « Le message de Chanegriha sur les législatives est une garantie supplémentaire »

 Dans cet entretien, le docteur en sciences politiques et relations internationales, Mohamed Hassène Daouadji, estime que le message du chef d’état-major de l’Armée nationale populaire, Saïd Chanegriha, à propos des élections législatives, confirme l’engagement de l’ANP à assurer la réussite de cet événement.

Quels sont les principaux points que vous retenez du discours prononcé par le chef d’état-major de l’Armée nationale populaire à propos des législatives?
Le message de Chanegriha est très clair. Il reflète vraiment l’importance de ces élections devant baliser le chemin de la construction d’un nouveau pouvoir législatif. Ce qui permettra à l’Algérie d’affronter les nouveaux défis nationaux et internationaux et renforcer par conséquence le consensus national et les liens entre le peuple et son armée qui constitue une institution républicaine, garante de la stabilité sociale. Les Algériens ont confiance en leur institution militaire qui ne cesse de prouver à chaque conjoncture qu’elle est une armée constitutionnelle et représentative de toute la nation algérienne.
Le chef d’état-major a aussi rappelé le rôle que l’ANP doit assumer pour garantir le bon déroulement du scrutin du 12 juin. Est-ce une façon de la mobiliser dans cette perspective?
En effet, Saïd Chanegriha n’a pas manqué de rappeler cette mission qui incombe aussi à l’institution militaire. Il vise notamment le volet sécuritaire dont la performance est indispensable avant, durant et après le scrutin. Il a choisi d’évoquer cette question afin de rassurer la population et lui prouver que ces élections vont se dérouler dans la sécurité absolue, le calme et la sérénité tant que son institution veille au grain. Il a confirmé que l’ANP sera comme toujours à la hauteur de ce grand événement électoral. L’Armée populaire a brillé par son professionnalisme durant la dernière élection présidentielle qui s’est déroulée, faut-il le rappeler, dans une crise politique sans précédent. Cette fois-ci encore, elle sera au rendez-vous pour garantir des élections libres et transparentes. La réussite de ces législatives est un impératif pour le pays. Ce qui lui ouvrira de nouvelles perspectives politiques conformément aux engagements pris par le chef de l’Etat depuis son investiture pour la construction d’une Algérie nouvelle.
L’ANP a mis également en garde contre des aventuriers. Qui cible-t-elle, selon vous ?
Ces aventuriers sont malheureusement des algériens. Plutôt de mauvais Algériens qui sont manipulés par des forces internationales et locales. Ils sont nombreux ceux qui ne veulent pas la stabilité du pays et ceux qui s’opposent au processus constitutionnel. L’Algérie a déjoué toutes les menaces et a considéré le hirak comme un acquis grâce auquel elle a engagé une multitude de réformes politiques. Et c’est dans cette optique qu’interviennent les prochaines élections législatives justement. En somme, le discours de Chanegriha est un message d’apaisement. Mieux encore, c’est une autre garantie qui s’ajoute à celles offertes par les autres institutions de l’Etat, y compris l’Autorité nationale indépendante des élections, chargée de l’organisation et du contrôle de l’opération électorale.
Certains disent que l’institution militaire doit se tenir loin de la politique, notamment des élections…
L’armée ne doit pas s’ingérer dans les actions politiques, mais compte tenu de la conjoncture actuelle, elle se doit d’intervenir pour garantir la sécurisation du pays, surtout que les réformes politiques n’ont toujours pas été achevées. L’ANP a actuellement un rôle indispensable à jouer. Le message de Chanegriha, faut-il le souligner, est de nature également à rassurer les candidats en lice. Il les encourage à jouer toutes leurs cartes tant que la sécurisation du scrutin est assurée.
K.A.