ANR : Sahli pour une meilleure intégration des émigrés

Le secrétaire général de l’ANR a plaidé, ce dimanche lors de son passage à Souk Ahras, au profit de la  communauté nationale établie à l’étranger.

«L’ANR accorde une importance capitale à notre communauté à l’étranger parce qu’elle est partie intégrante de la nation», a souligné Belkacem Sahli, qui a formulé des propositions de nature à mieux protéger ses droits et à renforcer ses liens avec son pays d’origine.
Outre une  nouvelle vision d’intégration de notre communauté dans la stratégie nationale de développement économique, il a souligné la nécessité d’améliorer les prestations des services consulaires, d’ouvrir des centres culturels, de  régler le problème de  la cherté des prix des billets d’avion, notamment durant la saison estivale, et enfin d’augmenter le volume des  transferts financiers de la communauté. «L’autre urgence est la mise en place de lobbies pour défendre les  intérêts économiques et stratégiques de la nation», a-t-il poursuivi.
 Sahli a animé, par la suite, un autre meeting à Guelma, où il a surtout évoqué la politique de la santé publique. «Dans notre programme, la priorité est accordée à l’éducation puis à la santé», a-t-il affirmé, avant de mettre en valeur ce qu’a accompli l’Etat algérien dans ces deux domaines qui ont une incidence directe sur la vie du citoyen. «L’Algérie consacre 7% de son produit intérieur brut aux dépenses de la santé. Les pays africains en sont à 4,1% et les pays du Golfe à 8,2%. La norme en Algérie est très acceptable», a fait savoir Sahli, avant de s’interroger : «Mais pourquoi les citoyens et le personnel médical se plaignent-ils ?» Il reconnaît l’inefficacité du système sanitaire. Il suggère de revoir toute la politique en améliorant ses performances,  en finançant des activités et non les structures. «Il faut aussi  privilégier la prévention, renforcer les cotisations au niveau de la Cnas, revoir la carte sanitaire, encourager la formation continue et l’industrie du médicament», recommande-t-il.
De notre envoyée spéciale à Souk Ahras et Guelma : Samira Sidhoum