Cinéma : Sortie de nouveaux films

 Après «Héliopolis» de Djaffar Gacem qui a rencontré un vif succès et les films qui l’avaient précédé, le Centre algérien du développement du cinéma (Cadc) annonce, dans un communiqué, la prochaine  sortie en salles des longs-métrages «Abou  Leila» de Amine Sidi-Boumediene et «En attendant les hirondelles» de Karim Moussaoui .
La distribution des deux longs métrages déjà sortis en France est  prévue, à partir du 24 juin dans les villes d’Alger, Bejaïa, Oran, Tlemcen, Annaba, Bechar, Constantine, Tizi Ouzou,  Sidi Bel Abbès, Souk Ahras, Laghouat, Batna, Saïda, Mostaganem, Adrar et Biskra. En somme dans les villes où présentement le public a pu découvrir les films restés sous le coude depuis fort longtemps.
D’une durée de 135 mn, «Abou Leila» raconte l’histoire de deux amis qui traversent le désert, à la recherche d’Abou Leila, un dangereux terroriste. La poursuite semble absurde, le Sahara n’ayant pas encore été touché par la vague d’attentats. Réalisé en 2020 par Amine Sidi Boumediène sur un scénario de sa plume, «Abou Leila» a été primé en Espagne et en Tunisie, entre autres. Les acteurs Slimane Benouari et Lyès Salem, lui-même réalisateur, incarnent les deux rôles principaux.
«En attendant les hirondelles» traite de l’Algérie contemporaine, à travers une dualité temporelle judicieuse, où le passé de trois personnages, aux vies bousculées et pleines de remous, remonte au  présent. Ce film réalisé en 2018 par Karim Moussaoui sur un scénario qu’il a coécrit avec Maud Ameline, compte dans son casting les regrettés Mohamed Djouhri et la grande Sonia Mekkiou, Mehdi Ramdani, Hania Amar, Hassen Kechach, Nadia Kaci et Samir El Hakim.
Ainsi, le cinéma algérien semble retrouver, depuis quelques semaines, des couleurs. Le réalisateur Lotfi Bouchachi est en train de tourner, depuis quelques jours, son nouveau film à Biskra sur lequel nous reviendrons, dans notre prochaine édition.
R. C.