Mouvement associatif : «Les députés doivent honorer leurs engagements»

Depuis son élection, le président de la République compte beaucoup sur elle dans le processus de la construction d’une Algérie nouvelle basé sur la démocratie participative.

Pour Mustapha Zebdi, président de l’Association nationale de protection et orientation du consommateur et son environnement (Apoce), les futurs députés doivent être à la hauteur des attentes et aspirations du peuple. Pour lui, quelque soit le taux participation, le peuple a exprimé librement son choix. «L’Algérien s’est exprimé librement, plus de 30% d’électeurs ont choisi leurs représentants au niveau du Parlement et ceux qui ont opté pour le boycott, c’est une façon de s’exprimer. Le plus important dans une démocratie est de respecter le choix des uns et autres», a-t-il dit. Pour Zebdi, les personnes qui ont voté ont pu faire la différence.
Notre interlocuteur a rappelé que le nouveau Parlement doit relever plusieurs défis. Le défi socioéconomique est classé en tête de liste qui consiste en l’amélioration du pouvoir d’achat des Algériens. Sur le plan économique, il sera appelé à lancer de grands chantiers de réforme en veillant à libérer le secteur économique et de l’écarter de l’acte politique. «Le Parlement aura beaucoup à faire, espérons qu’il ne va pas nous décevoir et qu’il honore les engagements et promesses lors de la campagne électorale», a-t-il ajouté.
Zebdia, par ailleurs, lancé un appel à l’Autorité nationale indépendante des élections (Anie) et les services de sécurité d’ouvrir des enquêtes suite aux dépassements enregistrés dans certains centres de dépouillement. «Nous condamnons toute tentative de fraude et de violence qui porte atteinte à l’intégrité du processus électoral qui devait être une fête», a-t-il regretté.
Pour lui, il est temps de rompre avec les anciennes pratiques et de choisir la transparence comme seule devise. «Nous n’avons pas le choix que de travailler dans la sérénité et la transparence, et ce genre de dépassement ne pourra que discréditer les prochains rendez-vous électoraux», a-t-il indiqué.
Hacène Menouar, président de l’association de protection du consommateur El Aman, a estimé que le taux de participation n’est pas à la hauteur des moyens mobilisés à cet effet, mais il y a toujours des leçons à apprendre. Ce qui compte, selon lui, ce n’est pas l’âge et les diplômes des prochains députés, mais leur engagement à améliorer le pouvoir d’achat des Algériens, entre autres. «Nous sommes contre les députés qui veulent améliorer leur situation financière et profiter des avantages qu’ils auront. Nous voulons des députés compétents et intègres et avoir une Assemblée forte. Ce n’est ni une affaire de quota entre les femmes et les hommes ni une affaire d’un niveau universitaire, mais une question de sagesse et de charisme politiques», a-t-il dit.
Rachid Difallah, président de l’association «La voix des jeunes», a qualifié de réussite le déroulement des élections malgré les quelques dépassements constatés lors de l’opération de dépouillement. Un nouveau processus de construction d’une nouvelle Algérie se dessine déjà. Il a rappelé que la mise en place d’un observatoire national de la société civile relève l’importance accordée aux associations par le président de la République. «Durant cette campagne électorale, nous avons vu la mobilisation et l’engagement de certaines associations. Ces dernières n’ont pas voulu rester à l’écart de tous les changements qui sont en train de s’opérer», a-t-il indiqué. Selon lui, la réussite de ce scrutin servira de leçon pour ceux qui ont essayé de déstabiliser le pays soit par des scènes de violence ou par des tentatives de fraude.
Samira Belabed