BEM : Avis mitigés sur les sujets d’examen

Les épreuves du Brevet d’enseignement moyen  (BEM), session juin 2021, se sont déroulées dans le cadre des mesures organisationnelles et sanitaires strictes imposées par le protocole  sanitaire de prévention contre la propagation du Coronavirus (Covid-19), a constaté l’APS qui a enregistré des avis mitigés des élèves et de leurs  parents sur les sujets d’examen.

Les candidats et leur parents ont relevé que les  sujets des épreuves du 1e jour (langue arabe, physique, éducation islamique et d’éducation civique), étaient « abordables », contrairement à la matière des mathématiques au 2e jour et dont l’épreuve « était relativement difficile », selon un nombre d’élèves, notamment la partie relative à la  géométrie et à la situation d’intégration, pleine de questions « pièges ».
Mohamed. R du CEM Mohamed Laroussi d’Ouled Fayet, a indiqué que le sujet des mathématiques « était compliqué et nécessitait davantage de temps et de concentration pour le solutionner », ajoutant que la situation d’intégration a donné du fil à retordre pour la majorité des élèves qui n’ont pas pu la finir. Pour ce qui est des épreuves de la langue anglaise, d’histoire et géographie, la majeure partie des élèves ont été unanimes à dire qu’elles étaient faciles, ce qui leur a permis de les terminer en un temps  » court ». Au dernier jour de l’examen, les candidats ont passé d’abord l’épreuve de langue française qui était « très facile », au regard des déclarations d’un nombre d’entre eux, ensuite l’épreuve de la matière des sciences  naturelles, appréciée par certains, tandis que d’autres estiment qu’elle « était plus ou moins difficile. Pour l’épreuve de la langue amazighe, elle  était facultative pour les candidats.
A rappeler que le nombre global des candidats pour cette session s’est élevé au niveau national, à 641.187 candidats, dont 625.223 candidats  scolarisés, tandis que les candidats libres s’élève à 15.964 candidats répartis sur 2.585 centre d’examens. Quelque 4.103 détenus, dont 45 femmes, répartis à travers 46 établissements pénitentiaires sur le territoire national, agrées par le ministère de l’Education nationale, comme centres d’examens se sont portés candidats pour décrocher le BEM.