Handball : Les joueurs du GSP démoralisés 

Le forfait des équipes du GSP de handball filles et garçons a mis le moral des athlètes à plat. En effet, les joueurs du club qui se sont entraînés récemment pour la forme, n’arrivent pas encore à digérer la mauvaise nouvelle.

Sans salaire depuis huit mois, la plupart vit une première dans l’histoire du club le plus titré d’Algérie. Après avoir fait un sit-in au niveau de la salle la Coupole pour dénoncer la marginalisation dont ils ont fait objet, les joueurs sont actuellement en stand-by par rapport à leur avenir. Sans aucun signe jusqu’à présent des responsables de la Sonatrach, la majorité écrasante des joueurs ne tardera pas à prendre des décisions par rapport à leurs avenirs. Avec des familles à charge, les athlètes ne tarderont pas, selon certaines indiscrétions, à trancher, et ce, en dépit d’avoir des contrats avec le club. Mais, le fait de ne pas avoir perçu leurs arriérés les a poussés sérieusement à penser à quitter le navire. En sa qualité de club habitué à alimenter les différentes équipes nationales, le GSP a brillé par son absence lors des play-offs qui ont débuté le 16 du mois en cours. Sur le plan sportif, le club avait les moyens physique et technique pour dominer de bout en bout les tournois. Après des mois d’entraînement, les coéquipiers de Berriah avaient nettement plus de rythme par rapport à d’autres équipes. Cependant, l’handicap financier les a empêchés de concurrencer pour un nouveau titre à ajouter dans leur palmarès. Si le club va éviter la rétrogradation après l’annulation des play-downs, la fédération devrait infliger dans un premier temps une amende avant le coup d’envoi de la prochaine saison 2021-2022. Une saison qui s’annonce spéciale avec sa formule pas encore approuvée par le bureau fédéral, ni l’assemblée générale. Contrainte de ne pas programmer les play-downs, la fédération devrait proposer l’accession de neuf clubs de la nationale1, dont trois clubs de chaque groupe. Ce qui va augmenter le nombre de pensionnaires de l’élite à 25 clubs. La FAHB a proposé de répartir les 25 formations en quatre groupes. Pour ce qui est de la suite de la compétition, une fiche technique est en cours de finalisation. Selon des sources proches de plusieurs clubs, on s’attend à une désapprobation de cette formule, notamment par les équipes habituées à jouer pour le podium. L’augmentation du nombre de pensionnaires de l’Excellence a toujours été mal accueillie par les techniciens. Question niveau, la petite balle nationale a connu sa période faste lorsque le championnat du palier supérieur ne dépassait pas les dix équipes que ce soit chez les garçons ou les filles. D’ici la décision officielle, les clubs auront un grand problème à régler, à savoir la question des salaires des joueurs depuis le gel des compétitions à cause du coronavirus, soit depuis le 15 mars 2020. Si un accord a été trouvé chez certaines formations pour disputer les play-offs, il faudra s’attendre à ce que l’obstacle puisse réapparaître avant le lever de rideaux de la nouvelle saison.
Adel K.