Blida : Le projet de centre d’oncologie pédiatrique entravé

Lancé en grande pompe, l’ambitieux projet de création d’un centre d’oncologie pédiatrique par l’association d’aide aux malades atteints du cancer, «Al Badr», se heurte à l’absence de réglementation.

Le ministère de la Santé avait pourtant donné son accord et validé même le plan de conception architecturale du projet avant l’entame des travaux. Selon le Dr Mustapha Moussaoui, président de l’association, «après trois années d’attente de l’autorisation qui doit être octroyée par l’administration, le projet n’existe encore que sur papier», s’exclame-t-il. «Nous ne comprenons pas ce mutisme de l’administration. Nous avons les moyens financiers et une assiette de terrain que nous avons attribuée par l’ex-wali Abdelkader Bouazghi», explique le Dr Moussaoui qui ne comprend pas les raisons de ce «blocage».
Il rappelle qu’une séance de travail s’est tenue avec le ministre de la Santé pour définir les modalités de gestion de cet hôpital. Selon lui, une proposition a été faite pour que ce projet s’inscrive dans le programme de partenariat public-privé, mais l’absence des textes de loi serait derrière l’atermoiement de l’administration.
Pour le Dr Moussaoui, le projet est important à cause de l’augmentation du nombre d’enfants atteints de cancer qui dépasse 20.000 par an. Pour réaliser ce projet qui nous tient à cœur, nous avons effectué des voyages en France et au Liban pour voir comment  ce genre d’établissements est construit et géré», rappelle le Dr Moussaoui qui déplore que l’Algérie soit dépourvue d’un hôpital d’oncologie pédiatrique et que les enfants cancéreux sont pris en charge dans des conditions difficiles avec les adultes. Le projet  dispose d’un pole médical et d’un autre social. «Outre les soins, l’enfant malade doit suivre des études, faire du sport et passer la nuit avec sa mère», précise notre interlocuteur qui assure que l’enfant malade sera pris en charge en matière de radiologie, analyses médicales et autres tests médicaux». Enfin, le Dr Moussaoui lance un appel aux autorités publiques pour se pencher sur ce projet .
 M. Benkeddada