Sahara occidental : plusieurs mesures pour le règlement du conflit

Les participants à une réunion du Conseil  de paix et de sécurité (CPS) de l’Union Africaine (UA) au niveau des chefs  d’Etats et de gouvernements, tenue mardi par visioconférence, ont pris une  série de mesures susceptibles d’accélérer le règlement du conflit au Sahara Occidental et d’insuffler une dynamique aux efforts de l’UA pour le règlement du conflit dans la dernière colonie en Afrique.

Ainsi, les deux parties au conflit ont été appelées à un retour rapide à la table de négociations en vue de la cristallisation d’une solution politique et pacifique sur la base des dispositions de l’article 4 de l’Acte constitutif de l’UA. Il a été souligné, à ce propos, que la décolonisation du Sahara occidental doit être envisagée en permettant au peuple sahraoui d’exercer son droit inaliénable à l’autodétermination et à l’indépendance.  Le rôle du CPS dans le suivi de la question sahraouie a été mis en avant à travers la tenue, d’au moins, de deux sommets par an en vue de suivre les développements du dossier et réactiver le rôle du Haut représentant de l’UA chargé de la question du Sahara occidental, qui aura pour mission d’établir des contacts avec les deux parties au conflit. Les dirigeants africains ont convenu, en outre, de l’activation du rôle de la Commission de haut niveau des chefs d’Etats et de gouvernements sur la question du Sahara occidental et la consultation du Conseiller juridique de l’UA sur les « consulats » ouverts dans les territoires occupés. Par ailleurs, la Commission a été chargée de prendre les mesures adéquates  pour la réouverture du bureau de l’UA dans la ville de Laâyoune occupée en vue de lui permettre de s’acquitter de son rôle.