Curing solution, une start-up activant dans l’e-santé

Elle n’a que 26 ans mais occupe déjà un poste de très grande responsabilité. Biologiste de formation, Amel Moumen est depuis quelques mois à la tête d’une start-up qu’elle a fondée dans le domaine de l’e-santé. Elle a même décroché un prix de la part du ministère de l’Agriculture pour les services que sa petite entreprise rend aux habitants ruraux en matière de santé. Curing solution, ou bien Dawini, c’est le nom de cette start-up qui met en relation virtuelle les professionnels de la santé et les patients afin que ces derniers bénéficient de consultations à domicile. «Ainsi, les patients sont sûrs de ne rater aucun rendez-vous. Notre application leur fait économiser du temps mais réduit aussi les couts des soins. Quand le patient consulte un médecin rapidement et à temps, grâce à notre application, cela lui évite des complications à long terme et par conséquent, lui épargne des coûts supplémentaires en matière de traitement», explique-t-elle. Curing solution, en fait, développe des solutions informatiques en mettant en synergie le domaine médical et celui des TIC. Elle propose une nouvelle formule pour la prise de rendez-vous qui soit moins contraignante et pour les patients et pour les praticiens. Un avantage surtout pour les malades qui sont dans l’incapacité de se déplacer, qui n’ont pas les moyens de le faire ou qu’ils n’arrivent pas à trouver des médecins à proximité.

« J’ai travaillé d’arrache-pied et j’ai réussi à lancer ma première application quand la crise sanitaire avait commencé. Ce fut la première application de téléconsultation en Algérie et en l’espace de 24h, elle a fait l’objet de 10.000 téléchargements», se réjouit-elle. La start-up, lancée à la fin de l’an dernier, a élargi ses activités depuis sa première application sur la téléconsultation. Elle développe d’autres solutions pour la mise en relation entre tous les professionnels de la santé, médecins, infirmiers et les patients habitant surtout les endroits isolés. Elle veut désormais élargir encore plus ses activités, peaufiner son équipe mais le manque de financements ne le lui permet pas pour le moment.  Avec l’activation du fonds dédié aux start-up, tout sera possible.

Farida Belkhiri