Faire du 8 janvier la journée nationale du quatrième art

La ministre de la culture et des arts a donné, jeudi dernier, au TNA, le coup d’envoi de la  14e édition du  festival national du théâtre professionnel  (FNTP).

Après une minute de silence  à la mémoire des artistes décédés ces derniers mois, Malika Bendouda  a rappelé, lors d’une   allocution d’ouverture que cette année a été particulièrement douloureuse pour la famille artistique. Estimant que « le théâtre revient en défiant le Covid », elle a souligné que « la manifestation ouvre  les chemins à  la création et à  la production qui puise son inspiration de notre pays et des espoirs de l’humanité entière ».
La ministre s’est attardée sur la valeur du  théâtre à la fois « créateur de liens sociaux et politiques,  miroir qui reflète les vérités de la société et de plus en plus  source de plus values économiques et artistiques ».  « Nous œuvrerons d’ailleurs à ce que cette journée soit proclamée journée nationale du théâtre », a  conclu Bendouda.
Pour Mohamed Yahiaoui, directeur du TNA et commissaire du FNTP, « après deux longues années d’absence, le FNTP revient avec l’ambition de donner au  son public le meilleur de la création théâtrale algérienne ». « Si nous avons tenu à créer une commission de présélection, a-t-il expliqué, « c’est pour que les spectacles soient de  meilleure facture possible ». « Le  festival, vient défier les conditions difficiles que connait l’Algérie et le monde et nous le voulons un hommage à tous les artistes qui nous ont quittés », a-t-il ajouté. Le TNA  tient aussi  à encourager les jeunes talents. « C’est pour cela que nous avons voulu  ce soir  remettre des  prix aux enfants lauréats du concours du meilleur jeune conteur (Hakaouati) », a-t-il renchéri.
La cérémonie s’est poursuivie  par des hommages à des comédiens et travailleurs dans le 4e art, auxquels la ministre  a remis des cadeaux et des diplômes d’honneur. Le premier d’entre eux  fut le  défunt Mahmoud Bouhmoum qui a incarné le rôle de « Charak » dans la série Djemai Family. Un diplôme d’honneur et des présents ont été remis à  son fils. Les comédiens Hamid Achouri  et Lydia Laribi ont également été honorés. Outre le  technicien de la lumière, Mokhtar Moufok, employé au TNA des récompenses ont été attribuées aux  meilleurs interprètes de textes théâtraux dans l’espace virtuel.
Pour clore la cérémonie d’ouverture, le chorégraphe Riadh Beroual a présenté un spectacle de danse contemporaine intitulé « La chaise au festival ». Une quinzaine de danseurs et danseuses ont interprété une chorégraphie sur fond  de musique classique.
Hakim Metref