L’ANR se dit prêt pour le scrutin

Suite à la conférence nationale des cadres de  Alliance nationale républicaine (ANR), tenue ce samedi à Alger, le secrétaire général  du parti,  a annoncé la participation officielle de sa formation aux législatives.

«L’ANR prend part officiellement aux élections législatives du 12 juin 2021, parce que nous croyons en la souveraineté populaire, l’article 7 et 8, et nous considérons qu’il faut revenir au peuple  afin qu’il fasse son choix dans le cadre d’élections transparentes, libres et démocratiques», a-t-il déclaré.

La conférence a mandaté le bureau national du parti pour poursuivre le dialogue avec ses partenaires politiques afin de déterminer la manière définitive avec laquelle le parti prendra part au prochain scrutin : soit des listes uniquement ANR soit des listes dans le cadre d’une alliance électorale.

Dans ce contexte, l’ANR réitère son appel aux autorités publiques pour que soit garantit un maximum de conditions à même de permettre l’organisation d’élections libres et transparentes conformément à la volonté affichée par le président de la République. Ce qui nécessite, a poursuivi Sahli, un traitement équitable pour les partis politiques aux niveaux financier, matériel et médiatique et l’engagement de l’Autorité nationale indépendante des élections en vue d’accorder aux formations engagées des facilités en matière de légalisation des formulaires de signatures et de confection des listes de candidats.

Dans un autre registre, l’ANR réitère son appel à poursuivre les mesures d’apaisement qui ont été prises par le Président de la République, notamment l’élargissement de certains détenus du hirak, une ouverture politique et médiatique pour l’ensemble des partis politiques qu’ils soient pour ou contre le processus électoral. C’est ce qui permettra, argumente Sahli, de renforcer la confiance entre les citoyens et les institutions de l’Etat en vue de réussir les prochaines échéances électorales et politiques, et cela nécessite le renforcement du front interne et la consolidation de la cohésion nationale et le renforcement de la relation armée-nation.

Le président de l’ANR lance un appel aux «amis patriotes» du hirak afin qu’ils «réagissent positivement» à la main tendue du chef de l’Etat en transformant le hirak en force de proposition et de participation dans le cadre des institutions de l’Etat.

Samira Sidhoum