Tizi Ouzou: Sit-in des propriétaires de salles des fêtes

Les propriétaires et gérants des salles des fêtes de la wilaya de Tizi Ouzou sont revenus à  la charge pour la troisième fois en moins de trois jours pour exiger la réouverture de leurs établissements.

Ils ont, en effet, observé  mercredi dernier, un autre sit-in de protestation devant le siège de la wilaya. Une  action qui suit celles des 3 et 4 mars dernier  pour exiger la réouverture  de leurs établissements, fermés depuis plusieurs mois  en raison de la crise sanitaire liée à la  pandémie du coronavirus. Les protestataires exigent la libération de la reprise de leur  activité à l’instar de tous les commerces qui faisaient l’objet  de fermeture qui ont rouvert sur décision du Premier ministre. Tout en déclarant être pénalisés par cette fermeture, ils se disent prêts à se soumettre à toutes les directives et instructions inhérentes au respect du protocole sanitaire.
«Nous sommes prêts à  travailler à 50% de nos capacités et à mettre en place toutes les mesures barrières, mais qu’on nous laisse reprendre notre activité», lance l’un des protestataires. «Les fêtes n’ont  jamais cessé. Des villas sont transformées en salles des fêtes au su et au vu de tous. Les salles de spectacles ont renoué  avec l’activité, alors que celles dédiées aux fêtes restent fermées», renchérit un autre. Une action qui a reçu  cette fois-ci l’appui et la solidarité des professionnels de la photographie qui réalisent le gros de leurs chiffres d’affaires  à l’occasion des fêtes familiales. «Nous sommes  tout aussi pénalisés que les propriétaires des salles des fêtes. Leur fermeture fait que nous avons un manque à gagner très important lorsqu’on sait que les fêtes et réceptions  familiales représentent les trois quarts de notre chiffre d’affaires», soutient le propriétaire d’un studio de photographie.
Rachid  Hammoutène