Réunion de gouvernement : L’assurance Takaful prochainement sur le marché

Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a présidé, mercredi , par visioconférence, une réunion de gouvernement consacrée à l’examen de trois projets de décrets exécutifs relatifs aux secteurs des finances et de l’énergie, a indiqué un communiqué du Premier ministère.

A l’entame des travaux, les membres de l’Exécutif ont entendu un exposé présenté par le ministre des Finances relatif au projet de décret exécutif fixant les conditions et les modalités d’exercice de l’assurance Takaful. Ce texte définit «les notions de base en matière de cette assurance alternative, qui obéit aux principes de la charia islamique, ainsi que les modalités et conditions de son exercice», a précisé la même source. Il faut préciser que l’instauration de l’assurance Takaful vient «consolider l’approche adoptée par le gouvernement dans son plan d’action pour le développement de la finance alternative de manière à capter l’épargne se trouvant hors du circuit bancaire». Le gouvernement a, ensuite, entendu un exposé présenté par le ministre de l’Energie relatif à deux projets de décrets exécutifs fixant le fonctionnement du Conseil de surveillance de chaque agence d’hydrocarbures ainsi que les procédures de sélection et de définition des surfaces sujettes à une demande de rétention, des périmètres d’exploitation et des surfaces restituées. Le premier projet de texte prévoit «le mode de fonctionnement du conseil de surveillance dédié à chaque agence d’hydrocarbures, à savoir l’Autorité de régulation des hydrocarbures et l’Agence nationale pour la valorisation des ressources en hydrocarbures». Aussi, chaque conseil de surveillance a «la charge du suivi et du contrôle de l’exercice des missions des comités de direction des agences précitées». En outre, les conseils approuvent, chacun en ce qui le concerne, la stratégie, les plans, le budget et le bilan de réalisation. Quant au second projet de décret, fixant les procédures de sélection et de définition des surfaces sujettes à une demande de rétention, des périmètres d’exploitation et des surfaces restituées, il vise à «assurer une gestion plus efficiente du domaine minier des hydrocarbures et permet une meilleure valorisation de ce domaine».