Protection des consommateurs : Près de 15.000 infractions enregistrées par la DGSN

Dans le cadre de la protection des consommateurs, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a procédé au contrôle de 214.992 commerces au niveau national durant la période allant du 1er janvier au 7 mars dernier et relevé 15.543 infractions pour non-respect des règles d’hygiène et de sécurité, a indiqué le représentant de la DGSN, qui intervenait sur les ondes de la Radio nationale.

Selon le commissaire Ali Ziane, les services de contrôle ont procédé à la fermeture de 4.358 commerces pour non-conformité. «Les opérations de contrôle ont permis de déceler plusieurs infractions au niveau des commerces à l’échelle nationale, notamment la commercialisation de produits contrefaits, la spéculation et la non-conformité au registre du commerce», a-t-il précisé. Il ajoutera que durant la conjoncture sanitaire, plusieurs pratiques du genre ont proliféré au détriment de la santé et de la sécurité des consommateurs. Pour sa part, le commissaire Tarek Boumaâza, de la police judiciaire, fait état, pour la même période, de 15 affaires traitées de vente et achat de matériaux interdits, 27 relatives au commerce non conforme, 48 autres de vente sans facture, 39 pour pratique d’une activité sans restriction commerciale et 4 de contrefaçon. «Un total de 3.723 affaires traitées par la police judiciaire dans le cadre de la protection des consommateurs, en comptant les infractions de vente de produits impropres à la consommation et de pratiques non conformes au registre du commerce, mais également de spéculation sur les produits alimentaires et pharmaceutiques, dont le nombre d’infractions s’élève à plus de 777 affaires traitées depuis le début de la pandémie», a-t-il précisé. «Depuis le début de la Covid-19, plusieurs pratiques frauduleuses ont vu le jour, notamment la contrefaçon de produits de stérilisation et de désinfection. Le consommateur doit dénoncer ces pratiques aux autorités compétentes ou aux associations», a-t-il révélé. Le représentant de l’Association de protection et d’orientation du consommateur et de l’environnement (Apoce), Ahmed Zaïd, indique qu’un numéro vert, le 3311, a été mis à la disposition des citoyens pour dénoncer ces pratiques.
Walid Souahi